Métropolitain

Publié le par Maurice Cam

Métropolitain est un film français en noir et blanc d'une durée de 85 minutes, réalisé par Maurice Cam et sorti en 1940. Paris, 6h30 du matin. Fiancé à une téléphoniste de l'hôtel Astoria, Pierre Gardaux, un ouvrier des ponts roulants du quai de Grenelle, se rend à son travail. Suzanne, qui vient de terminer sa veille de nuit, va se coucher. Mais alors qu'il emprunte la ligne 5 du métro, Pierre aperçoit près de la station Pasteur, un homme qui poignarde une femme à la fenêtre d'un immeuble. Il se rend aussitôt sur place, accompagné d'un agent de police et trouve un vieil artiste de cabaret suicidaire, Georges Zoltini et sa femme, Viviane, qui étaient décidés à mourir. Pourtant, les explications du couple, si elles convainquent les autorités, ne semblent pas valables à Pierre qui accepte une invitation au spectacle de la belle Viviane...

Film vaudeville qui commence sur des airs de comédie burlesque avec ses effets hérités du ciména muet et sa musique lourdement descriptive, Métropolitain est en réalité un drame cruel. Premier film de Maurice Cam, Métropolitain est écrit par une équipe qui met en avant tous les atouts du cinéma populaire de l'époque: le Paris noir et blanc (tourné en studio), le monde du travail, un peu d'exotisme (l'incontournable femme nue issue des colonies, l'orchestre brésilien qui fait danser les riches), un ouvrier gentillet et sympathique digné héritier du Front Populaire, une garce venimeuse et une ambiance sombre.

En fait, Métropolitain part avec de nombreux atouts: l'histoire est dramatique à souhait et confronte deux milieux, celui du populo et des classes laborieuses contre celui, plus argenté, des artistes dont le quotidien est de courir le cachet et fréquenter les soirées mondaines où l'alcool rivalise avec les plaisirs orgiaques, de même que le duo d'artistes vedettes est assez pétillant, Albert Préjean, l'ancien jeune premier des classes populaires dans les années 1920, face à Ginette Leclerc, la belle femme du boulanger de Marcel Pagnol que les hommes rêvent de posséder. Hélas, Maurice Cam n'ose rien et sa réalisation est plus que molasse. En dépit de quelques tentatives réussies dans l'expressionnisme - flagrantes dans les scènes de nuit après le drame qui frappe Pierre Garnaux - Métropolitain accuse une mise en scène extrêmement classique et sans audace qui se borne à un jeu de champs et contre-champs et de cadrages explicatifs GINETTEsans réelle subtilité. Tout juste est-il bon de souligner les quelques plans innovants caméra à l'épaule au début du film et le fait que des scènes aient été tournées dans une rame de métro. Bref, rien de bien nouveau pour une époque qui connaît déjà Jean Renoir, Marc Allégret, Jean Grémillon et Marcel Carné.

On retiendra donc Métropolitain pour le charme qu'il dégage et pour les quelques moments forts que l'intrigue nous réserve. Mieux mise en valeur, elle aurait donné un grand film assez inquiétant et plutôt captivant. Au lieu de ça, il faut supporter des scènes secondaires sans réelle importance et les bons sentiments qui suintent de partout, pour s'intéresser, derrière toutes ces fanfreluches, à un vraie histoire dure et obscure où la manipulation fait loi et où le monde du spectacle se révèle un univers où le maquillage, les paillettes et les projecteurs masquent la cruauté, la dureté et la froideur de ses protagonistes.

On retrouvera, enfin, une Ginette Leclerc adorable, le verbe certes gouailleur mais la mine fraîche et pimpante, le jeu pétillant et intense. Provoquante dès sa première apparition, dès son premier gros plan, Ginette Leclerc est, dans Métropolitain, telle que la France se souvient d'elle: une bouche moite et colorée, un oeil fiévreux marqué de khôl racoleur, bref une mine boudeuse et brûlante à la fois, un minois aguichant qui domine une plastique généreuse et des cuisses charnelles. Une femme réussit à quitter l'homme qu'elle haïssait et s'aperçoit de sa difficulté à vivre sans lui.

Métropolitain de Maurice CamMétropolitain de Maurice Cam

Métropolitain de Maurice Cam

videoFiche technique

  • Titre français : Métropolitain
  • Réalisation : Maurice Cam
  • Scénario : R. Hébert et Max Maret
  • Directeur de la photographie : Nicolas Hayer, Pierre Méré, Marcel Villet
  • Décorateur :
  • Musique : Marcel Lattès
  • Ingénieurs du son :
  • Montage :
  • Société de production : S. B Films
  • Directeur de production : Simon Barstoff
  • Genre : Comédie dramatique
  • Pays : France
  • Son : Son monophonique
  • Tourné en noir et blanc
  • Première présentation : 28 avril 1940
  • Durée : 85 minutes

videoDistribution

Publié dans Films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article