Pinsard Armand

Publié le par Roger Cousin

Pinsard Armand Armand Pinsard, né le 29 mai 1887 à Nercillac (Charente), est un pilote de chasse de la Première Guerre mondiale, pendant laquelle il remporte 27 victoires homologuées. Déjà décoré deux fois avant le début de la guerre, ayant effectué son service militaire en Afrique à partir de 1906, il est l'un des rares soldats transféré au "Service aérien français" avant 1914. Il commence à voler en 1912 et sert dans l'Escadrille MS23 en août 1914.

Envoyé au front dès le début des hostilités, il est fait prisonnier le 8 février 1915 après que son appareil ait effectué un atterrissage forcé derrières les lignes allemandes. Il entreprend plusieurs tentatives d'évasion ; après plusieurs échecs et une année de captivité, il réussit à s'évader en compagnie d'un camarade en creusant un tunnel sous le mur de leur prison. Après avoir rejoint les lignes alliées, il est promu lieutenant et reprend l'entraînement pour prendre en mains les nouveaux avions de chasse mis en service pendant sa captivité.

Il est alors versé dans l'Escadrille N26, puis la N78 et la Spa73, remportant un total de 27 victoires aériennes confirmées entre le 1e novembre 1916 et le 22 août 1918; dont 9 sur des ballons d'observation ennemis. Il aurait été le premier pilote à voler sur SPAD VII au combat. En 1916, il est décoré de la Légion d'honneur, puis est élevé au titre d'officier en 1917. Il est 13e dans la "liste des as" pour le nombre d'avions abattus confirmés. Armand Pinsard sert à nouveau dans l'Armée de l'Air française pendant la Seconde Guerre mondiale. Il sera blessé le 6 juin 1940 lors du bombardement de l'aérodrome des Aigles, à Gouvieux-Chantilly ((Oise) et devra être amputé d'une jambe.

Ce héros de 1914-1918 demeure fidèle au maréchal Pétain à partir de juin 1940 et à la politique de collaboration. Ce qui le conduira notamment à accepter d'importantes responsabilités dans les organes dirigeants de la LVF (inspecteur général des œuvres sociales). Arrêté et jugé à la Libération, il est condamné à la réclusion à perpétuité et à la confiscation de ses biens. Il décède le 10 mai 1953, âgé de 65 ans à Ceyzériat (Ain). Le corps du général Pinsard a été inhumé une première fois à Bourg-en-Bresse puis transféré ultérieurement au cimetière d'Arcachon (carré 15).


Publié dans Militaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article