Margarita Simonian

Publié le par Mémoires de Guerre

Margarita Simonovna Simonian ou Simonyan, née en 1980, est une journaliste russe, rédactrice en chef des publications en langue anglaise, de la télévision, et du réseau d'actualités RT (anciennement : Russia Today), et de l'agence gouvernementale d'informations Rossia Segodnia. 

Margarita Simonian
Margarita Simonian
Margarita Simonian
Margarita Simonian

Carrière

Elle est née le 6 avril 19801 dans la ville russe de Krasnodar, au sein d'une famille  arménienne. Ses parents, propriétaires d'un restaurant dans la banlieue de Sochi, sont des descendants de réfugiés arméniens de l'Empire ottoman. La famille de son père, originaire de Trabzon, s'est installée en Crimée pendant le génocide arménien de 1915. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, cette famille a été déportée en Oural avec des milliers d'autres Arméniens de Hemşin. Son père est né à Iekaterinburg. Sa mère est née à Sotchi dans une famille arménienne qui a fui les massacres d'Arméniens à la fin du 19e siècle. Elle a décidé très tôt de devenir journaliste. Elle a d'abord travaillé pour le journal local, et ensuite pour une station de télévision locale, avec des études de journalisme à l'université d'État du Kouban. En 1996, elle séjourne un an à Bristol, dans le New Hampshire, bénéficiant d'un programme d'échange étudiant. Elle dit avoir constaté dans cette période que les Russes et les Américains « sont tellement semblables en termes de culture, de valeurs familiales, de modes de vie, de réactions, de sens de l'humour ».

Elle couvre comme journaliste la Seconde Guerre de Tchétchénie et de graves inondations en Russie du sud pour sa station de télévision locale, recevant un prix pour son « courage professionnel ». En 2002, elle devient un correspondant régional pour la chaîne de télévision nationale Rossiya  et suit en 2004 la prise d'otages dans l'école de Beslan. Elle est l'un des premiers journalistes témoin de la mort de 334 civils, dont 186 enfants. Elle déménage ensuite à Moscou et rejoint le pool de reporters russe du Kremlin. Elle devient vice-présidente de la fédération de l'association nationale de broadcaters de la télévision et de la radio russe et membre de la Chambre Civique de la Fédération de Russie. Elle a 25 ans lorsqu'elle est nommée rédactrice en chef de RT en 2005. Certaines sources la décrivent comme une proche de Vladimir Poutine. Elle explique avoir bénéficié d'un renouvellement souhaité par les nouveaux médias parmi les journalistes. 

RT a commencé à diffuser le 10 décembre 2005 avec un effectif de 300 journalistes, dont environ 70 à  l'extérieur de la Russie. Lors de son lancement, elle déclare que le projet de RT est d'être un format «professionnel» comme la BBC, CNN et Euronews qui serait « le reflet de l'opinion de la Russie sur la situation internationale » et de présenter une « image plus équilibrée » de la Russie. Elle a également dit à un journaliste que le gouvernement n'en dicterait pas le contenu et que la « censure par le gouvernement dans ce pays est interdite par la constitution ». Elle a aussi indiqué au Moscow Times que la controverse est essentielle pour le développement de la station. La station est critiqué à plusieurs reprises pour sa partialité. Elle est citée comme affirmant : « Il n'y a pas d'objectivité — que des approximations de la vérité par des voix diverses. » Le 31 décembre 2013, elle a été nommée en tant que rédactrice en chef  de l'agence gouvernementale Rossiya Segodnya et intervient en tant que rédactrice-en-chef des deux organisations en même temps. 

Controverses

Elle a été mise en cause dans le rapport du renseignement américain, et citée à plusieurs reprises à propos des interactions russes pour peser sur l’élection présidentielle en 2016 aux États-Unis. Le 10 mars 2020, la Fondation anti-corruption russe a diffusé une vidéo accusant Margarita Simonyan et son mari d'être directement impliqués dans le détournement de fonds publics (750 millions de roubles au total), le blanchiment d'argent et la corruption en association avec la production de l'émission de télévision Mejdounarodnaïa Pilorama. 

Vie privée

Elle est mariée à un journaliste et réalisateur Andrey Blagodyrenko. Elle a donné naissance à leur fille, Mariana, en août 2013, puis en septembre 2014,  à un fils, Bagrat, dont le père est le réalisateur de film Tigran Keosayan. Elle parle couramment le russe et l'anglais, mais pas l'arménien : elle a expliqué que cette langue n'était pas parlée durant son enfance au domicile familial.

Distinctions

  • Ordre de l'Amitié (2007)
  • Médaille Movses Khorenatsi  (2010)
  • Ordre du Mérite pour la Patrie de 4e classe (2014)

Publié dans Journalistes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article