Navalny Alexeï

Publié le par Mémoires de Guerre

Alexeï Anatolievitch Navalny, né le 4 juin 1976 dans l’oblast de Moscou, est un avocat et militant politique russe connu pour être un opposant au président Vladimir Poutine

Navalny Alexeï
Navalny Alexeï

Famille et études

Ses parents dirigeaient une manufacture de vannerie dans la banlieue ouest de Moscou. Son père, Anatoly Navalny, est né dans le village de Zalissya en RSS d'Ukraine. Après avoir été diplômé de l'École militaire de Kiev, il fut envoyé dans la banlieue moscovite. Sa mère, Lioudmila, est née dans les environs de Zelenograd et étudie à l'université d'État de gestion de Moscou après quoi elle travaille en tant qu'économiste. Alexeï a un frère cadet, Oleg, né en 1983. Sa cousine, Marina Navalna, est une femme politique ukrainienne. Alexeï Navalny a grandi dans le village militaire de Kalininets en banlieue moscovite, où son père était stationné, mais a aussi passé une importante partie de son enfance dans le village natal de son père en Ukraine jusqu'au moment de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl qui oblige sa famille à déménager, la centrale nucléaire de Tchernobyl se trouvant à proximité immédiate.

En 1998, il est diplômé en droit de l'université russe de l'Amitié des Peuples et en 2001 de l'université des finances du gouvernement russe. En 2009 il a étudié à l'université Yale grâce au « Yale World Fellow » et après avoir été recommandé notamment par le joueur d'échecs Garry Kasparov, par la rédactrice en chef du New Times Yevgenia Albats ou encore l'économiste Sergueï Gouriev. Alexeï Navalny est marié à Ioulia Abrasimova et le couple a deux enfants : Darya (2001) et Zakhar (2008). Il habite à Marino, un district municipal du district administratif sud-est de Moscou. 

Début

Il est connu pour être l’auteur du blog Navalny et du site Rospil, où il dénonce des faits de corruption en Russie. En octobre 2010, il accuse l’entreprise d’énergie Transneft de détournement de fonds à hauteur de 2,9 milliards d’euros lors de la construction d’un oléoduc en Sibérie. Il est surnommé par le magazine Time « l’Erin Brockovich russe » et est désigné personnalité de l’année 2009 par le quotidien économique russe Vedomosti. 

Activité politique

Engagement politique

En 2009, il est conseiller du gouverneur de la région de Kirov. Alexeï Navalny s’oppose au pouvoir en place en Russie et à Vladimir Poutine en particulier, qualifiant en février 2011 son parti, Russie unie, de « parti des voleurs et des escrocs ». Lors de la contestation des élections législatives russes de 2011, à laquelle il participe activement, il est emprisonné le 5 décembre. À sa sortie de prison le 20 décembre, il appelle les Russes à s’unir contre Poutine, afin que celui-ci ne gagne pas l’élection présidentielle de 2012, à laquelle il se dit prêt à participer. En 2011, la BBC décrit Navalny comme étant « probablement le seul réel opposant politique à avoir émergé en Russie ces cinq dernières années ». Fin décembre 2011, il participe à l’organisation d’une manifestation qui rassemble 120 000 personnes selon l’opposition.

En 2011, Navalny a établi la Fondation anti-corruption. En juillet 2013, sa condamnation à cinq ans de camp avec sursis pour détournement de fonds d'une société forestière est dénoncée comme un procès politique par les États-Unis et l'Union européenne. Le 8 septembre 2013, il est battu par le maire de Moscou sortant, Sergueï Sobianine (nommé par Vladimir Poutine par décret en 2010) par 52 % des voix contre 30 % mais conteste les résultats. Le taux de participation est de 30 %. Navalny affirme avoir récolté 35,6 % des voix, contre 46 % à son adversaire et réclame un second tour. Les ONG indépendantes qui ont surveillé le scrutin n'ont pas observé de « graves violations ». Selon le journaliste Pierre Avril, ce scrutin a permis à Navalny de s'affirmer comme l'un des principaux opposants à Vladimir Poutine. Dès lors, poursuivre les procédures judiciaires intentées contre lui reviendrait à en faire un martyr pour l'opposition. Une manifestation de 9 000 personnes a lieu en soutien le lendemain. L'opposition à Poutine sort toutefois requinquée de ces élections municipales, notamment par la victoire d'Evgueni Roizman à Iekaterinbourg, quatrième ville du pays et d'une candidate qui avait notamment le soutien du parti Iabloko à Petrozavodsk.

En décembre 2016, Alexeï Navalny annonce sa candidature à l'élection présidentielle russe de 2018. Le 23 juin 2017, la commission électorale centrale annonce, qu'en raison de sa condamnation à cinq ans de prison avec sursis dans l'affaire Kirovles, Navalny est inéligible pour la prochaine élection présidentielle. Cette décision est aussitôt contestée par l'équipe de campagne de Navalny, mais elle est confirmée le 25 décembre 2017 par la commission électorale centrale, après le dépôt de la candidature de l'opposant. En 2017, un sondage indépendant montre que 60 % des Russes font confiance à Poutine, contre 2 % à Navalny. Exclu de l'élection présidentielle, Navalny conteste la légitimité de cette élection, considérant que les candidats à cette élection n'ont aucune intention de battre Vladimir Poutine, et appelle à son boycott. Son mouvement organise des manifestations dans le pays et Navalny est arrêté avec d'autres membres de son mouvement lors de la manifestation moscovite le 28 janvier 2018 car celle-ci n'était pas autorisée par la ville. Il est relâché peu après.

Alexeï Navalny souhaite que la Russie rejoigne l'Union européenne et se rapproche de l'OTAN. Parmi ses priorités s'il arrive au pouvoir, Navalny cite la reforme de l'institution judiciaire et le changement constitutionnel d'un régime présidentiel à un régime parlementaire. Toutefois, il refuse de décrire ses convictions idéologiques, déclarant chercher à unir les Russes dans une coalition contre le régime de Poutine. En mai 2018, quelques jours avant l'investiture de Vladimir Poutine pour un quatrième mandat présidentiel, Alexeï Navalny appelle les Russes à manifester dans les principales villes du pays. Dans la manifestation à Moscou qui rassemble 1500 personnes, Alexeï Navalny est arrêté. Amnesty International réagit à cette arrestation et reproche notamment une utilisation « disproportionnée » de la force par la police. La presse nationale ne relate pas les actions de Navalny et de ses partisans sauf pour les critiquer, et ne donne pas à Navalny l'occasion de s'exprimer. Son nom même est rarement prononcé dans les médias nationaux. En 2018, lors de la Coupe du monde de football, Leonid Sloutsky, ancien entraîneur de l'équipe nationale et commentateur d'un match en direct sur la chaîne publique Pierviy Kanal, mentionne le nom d'Alexeï Navalny. Cette mention inattendue de Alexeï Navalny sur une télévision publique crée un mème parmi les internautes russes. Deux jours plus tard, Leonid Sloutsky annonce qu'il quitte son poste de commentateur. Le 9 octobre 2019, son ONG est classée « agent de l'étranger » par le ministère de la Justice. 

Accusations d'influence américaine

En octobre 2011, sa correspondance électronique est rendue publique par un hacker dans le but de montrer que « Navalny est un ultranationaliste corrompu financé par les autorités américaines ». L'authenticité des mails n'est toutefois pas intégralement confirmée par Navalny. D'après ces mails, en 2006, le mouvement politique DA! dont Navalny a participé à la création aurait obtenu un financement de la fondation américaine National Endowment for Democracy. En 2010, Alexeï Navalny part étudier à l'université Yale dans le cadre du programme « Yale World Fellows », qui vise à développer un réseau de leaders connectés à Yale et engagés pour faire du monde « un meilleur endroit » Selon le média officiel russe, Russia Today, il y aurait été envoyé par l'ambassadeur américain en Russie, Michael McFaul, dans le but de préparer une révolution orange en Russie. Plusieurs articles présentent Alexeï Navalny comme un agent américain : pour Alex Jones, Navalny est un « agent de la sédition financé par les États-Unis ». 

L'économiste et journaliste américain Paul Craig Roberts dit que « la Russie a toutes les raisons d'avoir des doutes sur l'opposition politique qui semble être réunie autour d'Alexeï Navalny. Tout comme les "révolutions de couleur" dans l'espace post-soviétique, l'opposition russe est financée avec des moyens américains. Washington ne veut pas que la Russie puisse contredire sa volonté ». Ces articles sont décrits par divers médias comme ceux d'agents de propagande russe diffusant des théories du complot. En août 2013, le parquet russe annonce que lors des vérifications des comptes de campagne pour l'élection du maire de Moscou, Alexeï Navalny a obtenu des financements étrangers émanant de plus de 300 personnes physiques et entités juridiques étrangères issus de 46 pays dont les États-Unis, la Finlande, la Grande-Bretagne, la Suisse et le Canada. La Novaïa Gazeta accuse le parti au pouvoir, Russie unie, d'avoir budgetté 10 millions de roubles pour une campagne visant à discréditer Alekseï Navalny en filmant un sosie dans des situations compromettantes. 

Proximité avec l'extrême-droite

Sa participation à l'organisation « Narod » (dont il est cofondateur) a déclenché une controverse, celle-ci alliant des positions d'extrême-gauche et d'extrême-droite. En 2008, l'organisation s'est rapprochée de groupes connus pour leurs positions racistes comme « le mouvement contre l'immigration illégale », interdit en 2011 par la justice pour extrémisme. Navalny a en outre participé en 2011 à un défilé ultranationaliste dont l'un des slogans était « Arrêtons de nourrir le Caucase ! ». Il participe régulièrement à la Marche russe ce qui lui vaut d'être expulsé en 2007 du Parti d'opposition Iabloko, dont il était alors membre. En août 2013, lors de la campagne électorale pour l'élection à la mairie de Moscou, Navalny présente son programme s'articulant surtout autour de la lutte contre la corruption et l'immigration. Il a notamment déclaré : « J'ai regardé les statistiques. Savez-vous que près de 50 % des crimes et délits sont commis par des étrangers ? ».

En novembre 2013, Alexeï Navalny publie sur son blog et diffusé par la radio Écho de Moscou : « Jamais je ne soutiendrai la position selon laquelle en Russie le nationalisme est une chose terrible qu’il faut interdire. En France, en ce moment, le Front national connaît une période de poussée frénétique de sa popularité. Vous parlez d’une horreur, Alain Delon soutient Marine Le Pen ! Et des processus analogues ont cours dans toute l’Europe. Et alors, allons-nous boycotter les croissants français ? Ou bien dire carrément que les Français ont le droit de faire ça, et pas les Russes ? ». En décembre 2014, Alexeï Navalny déclare que « le problème de l'immigration illégale en Russie était cent fois plus important que l'Ukraine » et ajoute qu'il ne rendrait pas la Crimée à l'Ukraine s'il en avait le pouvoir. 

Navalny Alexeï

Procès

Navalny a été arrêté, accusé et condamné à plusieurs reprises en Russie. Les États-Unis, l'Union européenne ainsi que le Conseil de l'Europe considèrent qu'il est victime de procès politiques. Les États-Unis considèrent que Navalny est un prisonnier politique. 

Nomination à Aeroflot

Son élection au conseil d'administration d'Aeroflot en juin 2012 a provoqué un vif débat en Russie. Alexeï Navalny a été accusé d'avoir été nommé à un poste confortable soit par le pouvoir afin de le faire taire (l'État détient 51 % des actions de la compagnie aérienne), soit par son proche allié et opposant notoire à Vladimir Poutine, Alexandre Lebedev (qui détient 15 % des actions). 

Détournements de fond d'une société forestière

Le 31 juillet 2012, Navalny est inculpé par la Commission fédérale d'enquête de vol à grande échelle à cause des lourdes pertes financières de Kirovles, une société publique d'exploitation forestière. Il encourt jusqu'à dix ans de prison. Il est accusé du détournement de seize millions de roubles (377 000 euros) au détriment de cette exploitation forestière, à l'époque où il était conseiller du gouverneur de l'oblast de Kirov, Nikita Bielykh. Le 18 juillet 2013, il est reconnu coupable de détournement de fonds et condamné à cinq ans de camp pour avoir détourné 400 000 € au détriment de la société forestière. En appel, la peine est réduite à du sursis.

En février 2016, la Cour européenne des droits de l'homme condamne la Russie à verser 79 000 € à Navalny et à son associé Piotr Ofitserov car le procès n'a pas été équitable. En novembre 2016, la Cour suprême de Russie (en) annule le premier jugement et ordonne qu'un nouveau procès ait lieu. Celui-ci se déroule en janvier et février 2017 et Navalny est de nouveau condamné à cinq ans de prison avec sursis pour détournement de fonds et à 500 000 roubles d'amende. 

Financement de campagne électorale

En août, Vladimir Jirinovski, président du Parti libéral-démocrate, a demandé au ministère de l'Intérieur l'ouverture d'une enquête sur le financement de la campagne électorale de Navalny. Celui-ci aurait récolté de l'argent de la part de donateurs anonymes étrangers via un système de paiement sur Internet, pratique interdite par la loi russe. Navalny a nié ces accusations, affirmant que les magistrats du parquet étaient des « benêts ». 

Détournement de fonds d'Yves Rocher

En 2008, pour faire face aux défaillances de la poste russe et alors que la vente par correspondance de leurs produits correspond à 4 millions de colis livrés annuellement, la filiale russe du groupe Yves Rocher, Yves Rocher Vostok fait appel à Glavpodpiska, une société de logistique détenue par les frères Oleg et Alexeï Navalny. Le 10 décembre 2012, Bruno Leproux, directeur général d’Yves Rocher Vostok demande au comité d’enquête russe d’établir si Glavpodpiska a fait de la surfacturation. Le 30 décembre 2014, Alexeï Navalny est condamné dans cette affaire à trois ans et demi de prison avec sursis par le tribunal de Moscou pour avoir détourné selon l’accusation, près de 26 millions de roubles (400 000 euros) appartenant à Yves Rocher Vostok. Son frère Oleg est, lui, condamné à trois ans et demi. Oleg Navalny purge sa peine dans une colonie pénitentiaire de l'oblast d'Orel et est libéré en juin 2018.

En octobre 2017, la Cour européenne des droits de l'homme estime que « les services [qu'a fournis la société des frères Navalny] correspondaient à ceux qui étaient dans les contrats », que « les juridictions nationales n'ont pas indiqué de méthode qui aurait permis d'identifier un motif d'enrichissement personnel répréhensible », que « les décisions rendues par les juridictions internes ont été arbitraires et manifestement déraisonnables », et que « l'équité de la procédure pénale (...) a été compromise ». En conséquence, elle condamne la Russie à verser 10 000 euros à chacun des frères Navalny. En juin 2018, Oleg et Alexeï Navalny déposent une plainte en France contre Yves Rocher pour « dénonciation calomnieuse » considérant que la plainte déposée contre eux par Yves Rocher Vostok en 2012 était en fait une attaque du gouvernement russe à leur encontre avec le soutien d'Yves Rocher Vostok. Ils sont représentés par l'avocat William Bourdon et sont entendus par un juge d'instruction du tribunal de Vannes le 30 avril 2019. 

Condamnations et arrestations

2012

En mai 2012, il participe à une manifestation qui dégénère en heurts avec la police. Il est arrêté avec le dirigeant du Front de gauche Sergueï Oudaltsov et condamné à quinze jours de prison pour désobéissance aux forces de l'ordre.

2014

En février 2014, il est placé en résidence surveillée pour une durée de 2 mois par un tribunal de Moscou pour avoir quitté la capitale ce qui est en infraction avec un jugement rendu précédemment. L'assignation à résidence est prolongée de six mois en avril 2014. En avril 2014, il est reconnu coupable de diffamation à l'encontre d'un député qu'il aurait qualifié de toxicomane. Il est condamné à une amende de 300 000 roubles. Il est libéré début mars 2015, mais se voit refuser de participer aux obsèques de son ami Boris Nemtsov, opposant à Vladimir Poutine assassiné il y a peu. Il déclare par la suite : « Je n'ai pas peur et mes associés non plus. Nous ne céderons sur rien ».

2017

Navalny est arrêté le 26 mars 2017 lors de manifestations anti-corruption à Moscou. Le 27 mars 2017, il est condamné à 15 jours de détention et à une amende de 20 000 roubles (325 euros) par le tribunal du district Tverskoï de Moscou. En juin 2017, il organise à Moscou une manifestation contre la corruption mais en change le lieu à la dernière minute pour la faire à proximité du Kremlin. Il est arrêté comme d'autres manifestants et est condamné à 30 jours de prison pour avoir violé les règles encadrant l'organisation de manifestations. Navalny est libéré au bout de 25 jours de détention. Le 29 septembre 2017, il est à nouveau arrêté par la police à la sortie de son domicile. Le 2 octobre, le tribunal de Moscou le condamne à 20 jours de détention pour « appels à la participation à un événement public non autorisé ». Il sort de prison le 22.

2018

Le 15 mai 2018, Alexeï Navalny est de nouveau condamné pour organisation d'une manifestation non autorisée. Le tribunal du district Tverskoï de Moscou le condamne à trente jours de détention pour l'organisation d'une manifestation non autorisée contre Vladimir Poutine le 5 mai. Le 27 août 2018, Navalny est de nouveau condamné à 30 jours de détention pour l'organisation de manifestations en janvier pour le boycott de l'élection présidentielle de mars. Il ne peut ainsi prendre part aux manifestations du 9 septembre 2018 dans les principales villes du pays. Ces manifestations visent à critiquer l'augmentation de l'âge de départ à la retraite, une réforme gouvernementale annoncée en juin et qui est impopulaire en Russie. La peine de Navalny se termine le 24 septembre mais, est arrêté dès qu'il a franchi les portes de la prison pour être jugé pour son appel à manifester le 9 septembre, une manifestation non autorisée, et condamné à 20 jours de détention. Ces nombreux séjours en prison sont considérés comme une stratégie délibérée des autorités russes pour isoler Navalny et l'empêcher de s'exprimer publiquement.

2019

En avril 2019, la Cour européenne des droits de l'homme condamne la Russie pour l'assignation à résidence de Navalny en 2014. Cette assignation est jugée injustifiée et « visait à restreindre ses activités publiques [de Navalny] » et à « étouffer le pluralisme politique ». Le 12 juin 2019, il est arrêté, en même temps qu'une centaine de manifestants participant à une marche de soutien au journaliste d'investigation Ivan Golounov, arrêté quelques jours auparavant, relâché et assigné à résidence, et finalement innocenté le 11 juin, après une forte mobilisation de la société civile. Le 1er juillet, Navalny est condamé à 10 jours de prison et incarcéré pour sa participation à la marche non autorisée en soutien à Golounov.

Toujours en juillet 2019, Alexeï Navalny et d'autres membres de l'opposition appellent à des manifestations contre l'exclusion par la commission électorale de certains candidats notamment l'avocate Lioubov Sobol à l'élection municipale à Moscou se déroulant en septembre. Le 24 juillet, il est condamné à 30 jours de prison pour son appel à des manifestations non autorisées et incarcéré. Le 28 juillet, il est hospitalisé pour un œdème de Quincke. Son médecin personnel Anastasia Vassilieva se dit « catégoriquement opposée » au fait de remettre Alexeï Navalny dans la même cellule car cela lui fait encourir le risque d’une « intoxication et une sensibilisation répétées, qui peuvent réellement conduire à une maladie grave ». Il sort de prison le 23 août.

2020

Le 20 août 2020, il est hospitalisé d'urgence dans une unité de soins intensifs de l’hôpital d’Omsk en Sibérie. Son entourage suspectant fortement un empoisonnement. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article