Bataille de Caporetto

Publié le par Roger Cousin

La bataille de Caporetto (également appelée bataille de Karfreit par les empires centraux ou douzième bataille de l'Isonzo) est une bataille de la Première Guerre mondiale, qui eut lieu du 24 octobre au 9 novembre 1917 au nord de l'Italie. Elle se solde par une très lourde défaite des Italiens, alors dans le camp de la Triple-Entente, face aux armées austro-allemandes. Les Italiens parviennent ensuite à stabiliser le front sur la ligne du Piave. Caporetto, aujourd’hui Kobarid en Slovénie, est le point central d'une offensive austro-allemande menée par Otto von Below qui bouscule les armées italiennes.

Bataille de Caporetto

Le mois précédent, les forces austro-hongroises avaient reçu plusieurs divisions en renfort et des unités d'assaut spécialisées allemandes. Six des divisions allemandes et neuf divisions austro-hongroises avaient été rassemblées pour former la nouvelle XIVe armée, sous le commandement du général allemand Otto von Below. Les forces d'Otto von Below, regroupées en territoire austro-hongrois dans la zone de Tolmino, Caporetto et de Plezzo le long du fleuve Isonzo, lancent l'offensive. La cible principale de la XIVe armée est la IIe armée du général Luigi Capello, qui avait lentement constitué des positions défensives en vue de l'attaque austro-hongroise. La principale offensive de la XIVe armée est soutenue par l'avancée de deux armées austro-hongroises. La Ve armée, opposée au sud à la IIIe armée italienne, a reçu l'ordre de pousser vers la côte Adriatique en direction de Venise. La IIIe armée, au nord de la XIVe armée, doit se diriger vers le sud-ouest, en Italie, vers le fleuve Piave.

Depuis un saillant, les Allemands appliquent les tactiques perfectionnées sur le front de l'Ouest, utilisant un barrage d'artillerie, des gaz toxiques puis l'infiltration avec des grenades et des lance-flammes. Ils avancent de 25 km le premier jour. Le barrage d'ouverture sème la panique parmi les unités italiennes en première ligne, qui découvrent que leurs masques à gaz n'offrent aucune protection contre les gaz ennemis. Avançant sous la pluie et dans le brouillard et contournant des points de résistance, l'offensive gagne rapidement du terrain. Le 25, les attaques ont effectué une percée de 24 km dans la ligne de front italienne, ce qui oblige le commandant en chef italien, le général Luigi Cadorna, à envisager un retrait de ses troupes vers le fleuve Tagliamento. Cependant, Luigi Cadorna ignore l'étendue de la percée et la puissance des forces ennemies qu'il affronte, principalement en raison des mauvaises communications avec les unités situées à l'avant. L'ordre de se retirer sur les prochaines défenses est finalement émis le 27. Les armées italiennes très éprouvées se regroupent sur le Tagliamento à la fin du mois.

Les troupes italiennes, dans leur retraite rendue difficile par la saturation des routes, laissent à l’ennemi près de 300 000 prisonniers, la moitié de leur artillerie et d’importants stocks d’armes, de matériel et de vivres. Cette victoire permet aux forces des empires centraux de percer le front italien et de s'emparer d'une partie du territoire de la Vénétie, progressant de 100 kilomètres en direction de Venise. Mais elles ne peuvent franchir la rivière Piave, où les Italiens, avec 51 divisions, appuyés par 6 divisions composées de forces françaises, britanniques et américaines, avaient mis en place des nouvelles lignes de défense. Celle-ci constitua la ligne de front presque jusqu'à la fin de la guerre. Pendant l'hiver et le printemps 1918 les Autrichiens essayent à plusieurs reprises de franchir le fleuve mais ils se heurtent à la résistance acharnée de l'armée italienne dans la Bataille du Piave. À l'automne les Italiens passent à l'attaque dans la Bataille de Vittorio Veneto. Le 24 octobre 1918, les forces italiennes et alliées repassent le Piave.

Le retentissement de l'échec de Caporetto est tel que le général Luigi Cadorna, chef de l'état-major italien, doit démissionner et, très marqué par ce revers, songe au suicide sans toutefois mettre son geste à exécution. La bataille de Caporetto a joué un grand rôle dans l'imaginaire politique et militaire italien au cours des années 1919-1945 : En effet, en 1938, Angelo Tasca nomme le chapitre IX de son livre Naissance du Fascisme: "Vers le Caporetto Socialiste" pour caractériser, pour ce qui touche la vie politique italienne, le début de l'année 1922: Dans ce chapitre, Tasca développe la cinglante défaite du PSI essuyée au début de cette année. Pour lui, à partir de moment, le PSI, en tant qu'organisation de masse, cesse d'exister, frappé d'une part par les bandes fascistes, d'autre part par le changement de politique du PNF à l'égard de la classe ouvrière. En effet, ce parti organise des syndicats fascistes, et écrase les syndicats liés à la CGL, qui finissent par ne plus être en mesure de résister dans le courant de l'année 1922.

En 1943 (avant le 25 juillet), un certain nombre de fascistes souhaitent faire revivre l'esprit de mobilisation qui a régné en Italie après cette défaite. Parmi eux Giovanni Gentile, dans un discours au Capitole le 24 juin 1943 . Paradoxalement, des fascistes, comme Buffarini Guidi partagent une analyse pessimiste de la situation de l'Italie, après les défaites italiennes en Russie et en Afrique, avec des intervenants italiens antifascistes sur Radio-Londres: à savoir l'impossibilité pour un régime totalitaire, comme l'Italie fasciste, de définir un "espace de passion patriotique de défense comme celui du Piave" . Pour ceux qui sont restés fidèles à la monarchie, Caporetto est rappelé dans la lutte contre les Allemands, déjà adversaires en 1917. Certains résistants font en outre un rapprochement entre les lignes de front: en 1917, la Piave, en 1943, le Sud de Naples, Piave des alliés .

Publié dans Evènements

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article