Le Destin fabuleux de Désirée Clary

Publié le par Sacha Guitry

Le Destin fabuleux de Désirée Clary est un film français en noir et blanc écrit et réalisé par Sacha Guitry en 1941 et sorti sur les écrans français en 1942. C'est une intrigue amoureuse de Napoléon. Celui-ci abandonne son premier amour Désirée Clary, pour épouser Joséphine de Beauharnais. Désirée, humiliée, décide de se venger. Le sujet choisi ne surprend pas de sa part. Il se rapproche d'une situation de vaudeville, truffée d'anecdotes de la petite histoire. Il y a un trio : deux hommes et une femme.

Il y a la jalousie, le mensonge, la vengeance et la séduction, mais ce n'est pas un mari, un amant et une infidèle. Ce sont : une femme qui a aimé un homme qui l'a abandonnée, un homme qui pardonne tout à la femme qu'il a aimée et un homme qui a épousé cette femme et qui se heurte à celui qui l'a aimée (qu'ils ont aimée) naguère. Comme le premier est Bonaparte et le second Bernadotte, cette femme aurait dû devenir impératrice et elle sera reine de Suède.

Tous les ingrédients utiles pour une comédie, et c'est presque un drame. Guitry refuse de jouer sur la fantaisie qui lui avait réussi pour Remontons les Champs-Elysées. Il favorise la gravité. Il hausse le ton jusqu'au pathétique. Ici, Napoléon n'est pas plus sympathique que Bonaparte. Il est émouvant parce qu'autour de lui, ce ne sont que complots, ragots de famille et machinations propres à désordonner les situations politiques et privées, d'abord à son avantage et ensuite contre lui, jusqu'à sa perte. C'est l'étalage de la grandeur historique pervertie par la spéculation et la mesquinerie. Le pessimisme est absolu.

Si Guitry essaie d'injecter parfois dans ce drame intimiste quelques réflexions susceptibles d'établir un parallèle entre cette histoire et l'actualité, il n'a plus la détermination enthousiaste dont il faisait preuve en commentant Ceux de chez nous. Il parle bien d'espoir, mais il laisse entendre qu'il faut surtout patienter dans l'attente de quelque coup de théâtre politique. Sur ce point, le discours du père Clary est d'une transparence glaciale : « Quel que soit le destin qui vous est réservé, aimez par dessus tout la France. C'est le plus beau pays du monde. Je reconnais aux étrangers le droit de penser que le leur est le plus beau de tous - et même je le souhaite pour qu'ils n'aient pas l'idée de nous prendre le nôtre - mais soyez convaincus que le plus beau pays du monde, c'est la France - et si jamais vous le voyez dans le malheur, ne vous en effrayez pas plus qu’il ne le faut : relisez son histoire - elle s'en tire toujours ».

Ces allusions voilées masquent mal le désarroi réel dans lequel il va piétiner, se tromper, s'enfermer et s'exposer bien inutilement. (...) Pourtant, Le Destin fabuleux de Désirée Clary est surtout un film de la déception et de la tristesse. Le cinéaste y invente moins qu'à son habitude. Certes, il use toujours du procédé du conteur et sa voix relie chaque fragment du récit avec son efficacité coutumière. Pour le reste, c'est souvent sans surprises : mouvements de caméra divers et précis, champs, contre-champs nombreux et répétitifs, montage et découpage justes et peu modernes, quelques idées baroques aux limites de la gratuité comme la fréquence des plans avec reflet dans un miroir et peu de théâtralisation. Guitry opte donc pour un classicisme qui n'a cependant rien d'académique. Peut-être veut-il ainsi prouver que le cinéma français peut battre son rival allemand sur le terrain des récits historiques... Noël Simsolo, Cahiers du Cinéma, 1988.

Ce qui frappe au premier contact, c'est la grande courtoisie dont sont empreintes ses paroles. Extrême politesse, rondeur des mots utilisés, phrases si aimablement tournées, qu'on se sent aussitôt attiré. Un physique pressant, des yeux bleus autoritaires qui vous regardent droit, des mains qui serrent loyalement les vôtres. Et puis une grande, très grande intelligence, qui vous rend admiratif. Sur le plan des affaires - je parle des conventions liant un auteur à un producteur - on est frappé par la volonté de détruire une légende : l'auteur le plus cher in the world. Il exige des clauses absolument imprévues : les maquettes des décors seront soumises à son approbation, M. Sacha Guitry, ayant jusqu'à ce jour constaté les proportions inutiles des décors et les sommes ainsi gaspillées...

Avant la signature d'un contrat ou après, le désir qu'il exprime d'une entente complète dans chacune des décisions qui accompagnaient l'exécution d'un film. Sur le plateau, cette courtoisie dont je parlais toute à l'heure est la même pour le producteur, pour l'électricien, le machiniste ou les interprètes. Sa mise è scène est ciselée. L'interprétation des acteurs est le constant souci de son activité. Il « interprète » pour le « grand acteur » comme pour le « figurant ». C'est un mot dont il a horreur, d'ailleurs. Il appelle ceux-ci MM. les Artistes, il appelle ceux-là Mes chers Camarades. Il a bien « pigé » la technique à l'appareil de prises de vue, et il sait lui donner la place qui lui convient.(...) Pendant les vingt-huit jours qu'ont duré les prises de vue des Neuf Célibataires, il n'est jamais arrivé après l'heure.

Entre chaque changement de plan, le cercle se formait autour de lui : ses anecdotes, les souvenirs de ses entretiens avec les hommes les plus célèbres, sa grande érudition - et tout le monde était dans la joie - . Mais, aussitôt la « lumière prête », le travail reprenait instantanément, dans une atmosphère de confiance et d'affection. Panégyrique, dites-vous ? c'est bien vrai. Et ne croyez pas que je suis encore sous le charme, car Dieu sait les avertissements que j'ai reçu de mes prédécesseurs! Il le savait d'ailleurs. Ne m'écrivait-il pas : Vous avez un groupe certain. Moi, mon groupe est dans ma tête. Et cette tête, combien l'a-t-on visée? Il souffrait de toutes les lâchetés dont il avait été victime, lâchetés qui visaient à dénigrer son immense talent, lâchetés qui visaient sa vie privée. Aussi, si sa joie a été immense d'être honoré d'un fauteuil à l'Académie Goncourt, son plaisir a été extrême de dire à un grand poste d'émission se sentiments à l'égard de « certains » qui avaient abusé de leur situation dans la Presse. Croyant d'avoir une expérience en matière de production, j'ai pensé écrire ces quelques lignes: la vérité étant toujours bonne à dire. Edouard Harispuru, La Cinématographie Française, n. 1079 - 8 juillet 1939.

La Censure allemande refusa tout d'abord le scénario de Désirée Clary. Le manuscrit n'obtint le visa qu'à grand-peine - le Dr Dietrich déclarant que je « ternissais la mémoire de l'Empereur ». (De quoi je me mêle !) Le film étant terminé, ce même Dr Dietrich m'obligea à retourner toute une scène. Motif : la devise de l'Angleterre : « Honni soit qui mal y pense », y était mise en valeur trop ostensiblement. C'était d'ailleurs exact - et je savais ce que je faisais. Le film est annoncé, il doit « sortir » à telle date - et le Dr Dietrich prétend s'y opposer. Motif : l'auteur a trahi l'histoire du fait que la reine de Suède demande au roi Louis-Philippe, ce qui n'est pas prouvé, le retour des cendres de l'Empereur ! J'obtiens qu'un membre de la famille royale française veuille bien intervenir et donner son assentiment à ce fait controuvé mais admissible en soi - et le visa de la Censure enfin m'est accordé. Et l'on prétend que je suis un collaborateur ! Sacha Guitry, Quatre ans d'occupations, Editions de l'Elan, 1947.

Le Destin fabuleux de Désirée Clary de Sacha GuitryLe Destin fabuleux de Désirée Clary de Sacha Guitry

Le Destin fabuleux de Désirée Clary de Sacha Guitry

videoFiche technique

  • Réalisation : Sacha Guitry, avec la collaboration technique de René Le Hénaff
  • Scénario, adaptation et dialogues : Sacha Guitry
  • Illustrations : Guy Arnoux
  • Images : Jean Bachelet
  • Musique : Adolphe Borchard
  • Montage : Andrée Laurent
  • Société de production  : C.C.F.C. - Compagnie Commerciale Française Cinématographique (Paris)
  • Directeur de production : Edouard Harispuru
  • Date de sortie : 04/09/1942 (France)


videoDistribution

  • Sacha Guitry : le conteur et Napoléon 1er
  • Jean-Louis Barrault : Napoléon Bonaparte
  • Aimé Clariond : Joseph Bonaparte
  • Jacques Varennes : Jean-Baptiste Bernadotte, puis Roi Charles XIV de Suède
  • Geneviève Guitry : Désirée Clary jeune femme
  • Gaby Morlay : Désirée Clary épouse Bernadotte, puis Reine Desideria de Suède
  • Carlettina : Désirée Clary enfant
  • Lise Delamare : Joséphine de Beauharnais
  • Yvette Lebon : Julie Clary
  • Camille Fournier : Julie Bonaparte
  • Georges Grey : Junot
  • Jean Hervé : Talma
  • Jeanne Fusier-Gir : Albertine, la servante
  • Germaine Laugier : Mme Clary mère
  • Pierre Magnier : M. Clary père
  • Jean Périer : Talleyrand
  • Noël Roquevert : Fouché
  • Maurice Teynac : Marmont
  • Jean Darcante : Duphot
  • Jean Davy : Berthier
  • Georges Spanelly : Davout
  • Georges Tourreil : Cambronne
  • Renaud Mary : le docteur Antommarchi
  • Maurice Lagrenée : le duc de Richelieu
  • Roger Vincent : le roi Charles XIII de Suède
  • Gaston Mauger : le roi Louis XVIII
  • Léon Walther : le comte Mörner
  • Paul Œttly : le chambellan-traducteur
  • Jean Coquelin : le greffier de la mairie
  • Albert Duvaleix : le concierge de la maison commune
  • René Fauchois : un conseiller
  • Jacques Berthier : un conseiller
  • Henry Houry : un conseiller
  • Robert Dartois
  • Maurice Devienne
  • Georges-François Frontec
  • Yolanda Fax
  • René Lacourt
  • Claude Magnier
  • Roger Prégor
  • Madeleine Rip

Publié dans Films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article