Marquet Mary

Publié le par Mémoires de Guerre

Mary Marquet (Micheline Marguerite Delphine Marquet) est une actrice française, née le 14 avril 1895 à Saint-Pétersbourg et morte le 29 août 1979 à Paris 18e. 
 

Marquet Mary
Marquet Mary
Marquet Mary
Marquet Mary
Marquet Mary

Mary Marquet est issue d'une famille d'artistes, ses parents sont comédiens, une de ses tantes est danseuse étoile à l'Opéra de Paris, une autre officie à la Comédie-Française. Elle entre en 1913 au Conservatoire national supérieur d'art dramatique et suit les cours de Paul Mounet. Elle échoue aux examens de sortie, mais est aussitôt engagée dans la troupe de Sarah Bernhardt, cette dernière étant une grande amie de la famille. Elle jouera à ses côtés dans La cathédrale d'Eugène Morand. Elle connaît ensuite la consécration avec son rôle dans L'Aiglon d'Edmond Rostand, dont elle fut la maîtresse de 1915 à sa mort (1918). Elle débute au cinéma en 1914, dans un film muet resté inachevé, Les Frères ennemis. Après la Première Guerre mondiale, elle entre en 1923 à la Comédie-Française, où elle restera plus de vingt ans, avant de passer au boulevard. Son premier grand rôle au cinéma est dans une réalisation de Léonce Perret, en 1932, Sapho. Au moment de la Libération, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, Mary est arrêtée, et elle est envoyée à Drancy puis à Fresnes, à cause de prétendues relations avec l'ennemi. Elle est ensuite relâchée, faute de preuves.

Dans les années 1950, elle se tourne vers le récital poétique. Elle y remporte un franc succès, puis débute une carrière dans les cabarets branchés de Paris. Elle tourne également pour l'ORTF, quelques Maigret, dans Les Cinq Dernières Minutes, Les Saintes chéries ou encore dans l'adaptation télévisée du roman de Stendhal, Lucien Leuwen. Parmi ses films les plus réussis, nous retiendrons, ses rôles dans, Landru en 1962, de Claude Chabrol, La Grande vadrouille en 1966 de Gérard Oury, Casanova en 1975 de Federico Fellini. Elle tourna au total une quarantaine de films. Du côté sentimental, elle eut une vie assez bien remplie. Elle eut comme premier amant, Edmond Rostand vers 1915 ; ils vivront trois ans de passion. Elle épouse plus tard Maurice Escande, futur administrateur de l'illustre maison de Molière, en divorce en 1921, avant de rencontrer Firmin Gémier, avec lequel elle vit une nouvelle passion. Le directeur du tout nouveau TNP est cependant marié.

En 1922, Mary donne le jour à un fils, François. Gémier est le plus heureux des hommes, sa femme, la comédienne Andrée Mégard, n'ayant jamais pu lui donner d'enfant. Malheureusement, son fils François est arrêté et déporté pour faits de résistance en 1943. Atteint d'une septicémie foudroyante, il meurt à 21 ans au camp de concentration de Buchenwald. Après la disparition de Gémier en 1933, Mary Marquet se remarie avec Victor Francen, puis devient la maîtresse quasi officielle du Président du Conseil de l'époque, André Tardieu. Cette comédienne, qui mesurait 1m81, au fort tempérament, s'éteint d'une crise cardiaque, dans son appartement de la rue Carpeaux, à quatre-vingt-cinq ans. Elle est inhumée au Cimetière Montmartre, où une amie fidèle l'accompagne jusqu'à cette dernière demeure : la princesse Grace de Monaco.

Filmographie

  • 1913 : Frères ennemis d'Henri Pouctal
  • 1913 : De medeminaars d'Alfred Machin - sous réserve
  • 1915 : Sacrifice fraternel de René Leprince
  • 1917 : La P'tite du sixième de René Hervil et Louis Mercanton
  • 1921 : La Ferme du Choquart de Jean Kemm
  • 1923 : La Voyante de Léon Abrams et Louis Mercanton
  • 1934 : Sapho de Léonce Perret
  • 1934 : Un soir à la Comédie Française de Léonce Perret - court métrage
  • 1949 : Interdit au public de Alfred Pasquali
  • 1949 : Le 84 prend des vacances de Léo Joannon
  • 1951 : Drôle de noce de Léo Joannon
  • 1951 : Foyer perdu de Jean Loubignac
  • 1951 : Un jour avec vous de Jean-René Legrand
  • 1952 : Minuit quai de Bercy de Christian Stengel
  • 1952 : Lettre ouverte / jaloux comme un tigre de Alex Joffé
  • 1952 : Piedalu fait des miracles de Jean Loubignac
  • 1954 : Si Versailles m'était conté... de Sacha Guitry : Madame de Maintenon
  • 1955 : Les hommes en blanc de Ralph Habib
  • 1955 : Paris canaille de Pierre Gaspard-Huit
  • 1955 : Le Secret de sœur Angèle de Léo Joannon
  • 1956 : La Loi des rues de Ralph Habib
  • 1956 : Quelle sacrée soirée / Nuit blanche et rouge à lèvres de Robert Vernay
  • 1959 : Drôle de phénomènes de Robert Vernay
  • 1960 : Au voleur / L'affaire Nabob de Ralph Habib
  • 1962 : Arsène Lupin contre Arsène Lupin de Édouard Molinaro
  • 1963 : Landru de Claude Chabrol
  • 1963 : Nous irons à Deauville de Francis Rigaud
  • 1965 : Les Combinards de Jean-Claude Roy
  • 1966 : Le Jardinier d'Argenteuil de Jean-Paul Le Chanois
  • 1966 : La Vie de château de Jean-Paul Rappeneau
  • 1966 : La Grande Vadrouille de Gérard Oury : La Mère Supérieure
  • 1967 : Des garçons et des filles de Étienne Périer
  • 1967 : Ce sacré grand-père de Jacques Poitrenaud
  • 1968 : Phèdre de Pierre Jourdan
  • 1968 : Bruno, l'enfant du dimanche de Louis Grospierre
  • 1968 : Les 5 dernières minutes (Traitement de choc) de Claude Loursais
  • 1971 : La Visite de la vieille dame
  • 1973 : Par ici la monnaie de Richard Balducci
  • 1974 : Le Mouton enragé de Michel Deville
  • 1974 : La Merveilleuse Visite de Marcel Carné
  • 1974 : La Bonne Nouvelle de André Weinfeld
  • 1975 : Le Malin Plaisir de Bernard Toublanc-Michel
  • 1976 : Le Casanova de Fellini de Federico Fellini
  • 1976 : Opération Lady Marlène de Robert Lamoureux
  • 1976 : Une fille cousue de fil blanc de Michel Lang

Théâtre

  • 1912 : Faust de Johann Wolfgang von Goethe, Théâtre de l'Odéon
  • 1920 : L'Homme à la rose de Henry Bataille, mise en scène André Brulé, Théâtre de Paris
  • 1921 : Le Caducée d'André Pascal, Théâtre de la Renaissance, Théâtre du Gymnase
  • 1921 : La Bataille de Pierre Frondaie d'après Claude Farrère, mise en scène Firmin Gémier, Théâtre Antoine
  • 1922 : L'Insoumise de Pierre Frondaie, Théâtre Antoine
  • 1923 : Oreste de René Berton d'après Iphigénie en Tauride d'Euripide, Comédie-Française
  • 1923 : Jean de La Fontaine ou Le Distrait volontaire de Louis Geandreau et Léon Guillot de Saix, Comédie-Française
  • 1924 : Les Trois Sultanes de Charles-Simon Favart, Comédie-Française
  • 1924 : La Victoire de Ronsard de René Berton, Comédie-Française
  • 1924 : L'Adieu de Louis Vaunois, Comédie-Française
  • 1924 : La Reprise de Maurice Donnay, Comédie-Française
  • 1925 : Esther de Racine, Comédie-Française
  • 1927 : La Torche sous le boisseau de Gabriele D'Annunzio, Comédie-Française
  • 1928 : Les Noces d'argent de Paul Géraldy, Comédie-Française
  • 1930 : Le Carrosse du Saint-Sacrement de Prosper Mérimée, mise en scène Émile Fabre, Comédie-Française
  • 1932 : Christine de Paul Géraldy, Comédie-Française
  • 1934 : Andromaque de Racine, mise en scène Raphaël Duflos, Comédie-Française - Andromaque
  • 1935 : Madame Quinze de Jean Sarment, mise en scène de l'auteur, Comédie-Française
  • 1935 : Lucrèce Borgia de Victor Hugo, mise en scène Émile Fabre, Comédie-Française - Lucrèce Borgia
  • 1936 : Hedda Gabler d'Henrik Ibsen, mise en scène Aurélien Lugné-Poë, Comédie-Française - Hedda Gabler
  • 1936 : La Rabouilleuse d'Émile Fabre d'après Honoré de Balzac, mise en scène Émile Fabre, Comédie-Française - Flore Brazier
  • 1938 : Hedda Gabler d'Henrik Ibsen, mise en scène Aurélien Lugné-Poë, Comédie-Française - Hedda Gabler
  • 1938 : Tricolore de Pierre Lestringuez, mise en scène Louis Jouvet, Comédie-Française
  • 1939 : Athalie de Jean Racine, Comédie-Française - Athalie
  • 1941 : Lucrèce Borgia de Victor Hugo, mise en scène Émile Fabre, Comédie-Française - Lucrèce Borgia
  • 1942 : Iphigénie en Tauride de Goethe, mise en scène Jean Yonnel, Comédie-Française - Iphigénie
  • 1942 : Phèdre de Racine, mise en scène Jean-Louis Barrault, Comédie-Française
  • 1943 : Renaud et Armide de Jean Cocteau, mise en scène de l'auteur, Comédie-Française
  • 1943 : Iphigénie à Delphes de Gerhart Hauptmann, mise en scène Pierre Bertin, Comédie-Française - Iphigénie
  • 1943 : Le Soulier de satin de Paul Claudel, mise en scène Jean-Louis Barrault, Comédie-Française
  • 1944 : Horace de Corneille, mise en scène Mary Marquet, Comédie-Française
  • 1948 : Interdit au public de Roger Dornès et Jean Marsan, mise en scène Alfred Pasquali, Comédie Wagram
  • 1950 : La Grande Pauline et les Petits Chinois de René Aubert, mise en scène Pierre Valde, Théâtre de l'Étoile
  • 1951 : Mort d'un rat de Jan de Hartog, mise en scène Jean Mercure, Théâtre Gramont
  • 1951 : Les Vignes du seigneur de Robert de Flers et Francis de Croisset, mise en scène Pierre Dux, Théâtre de Paris
  • 1953 : Le Ravageur de Gabriel Chevallier, mise en scène Pasquali, Théâtre des Bouffes-Parisiens
  • 1955 : Les Trois messieurs de Bois-Guillaume de Louis Verneuil, mise en scène Christian-Gérard, avec Fernand Gravey, Théâtre des Variétés
  • 1957 : Le Château de Franz Kafka, mise en scène Jean-Louis BarraultThéâtre Sarah Bernhardt
  • 1963 : Pour Lucrèce de Jean Giraudoux, mise en scène Raymond Gérôme, Festival de Bellac
  • 1963 : Sémiramis de Marc Camoletti, mise en scène Michel de Ré, Théâtre Édouard VII
  • 1966 : Se trouver de Luigi Pirandello, mise en scène Claude Régy, Théâtre Antoine
  • 1969 : Le Bon Saint-Éloi de Pierrette Bruno, mise en scène Jacques Mauclair, Théâtre de la Potinière
  • 1971 : La Maison de Zaza de Gaby Bruyère, mise en scène Robert Manuel, avec Pasquali, Théâtre des Nouveautés

Publié dans Acteurs et Actrices

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article