Maunoury Michel Joseph

Publié le par Roger Cousin

Maunoury Michel Joseph Michel Joseph Maunoury, né à Maintenon (Eure-et-Loir) le 17 décembre 1847 et décédé en 1923, est un maréchal de France. Il est fils d'un docteur en médecine. Issu de la promotion 1867 de l'École polytechnique, il devient officier d’artillerie. Sous-lieutenant élève à l'École d'application de l'artillerie et du génie en 1869. Capitaine en 1874, instructeur d'équitation et conduite de voitures. Professeur adjoint au cours d'artillerie de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr en 1883. Chef d'escadron en 1886. Lieutenant-colonel en 1893. Commandant militaire du palais de la Chambre des députés 1896. Colonel en 1897.

Général de brigade le 30 décembre 1901. Général de division le 28 janvier 1906, commandant l'artillerie de la Place et des forts de Paris et Commandant l'École supérieure de guerre. Gouverneur militaire de Paris en 1910 et membre du Conseil supérieur de la guerre. Placé sous la section de réserve en 1912. Rappelé à l'activité le 11 août 1914 pour une mission d'inspection, il fut très rapidement chargé de rassembler des troupes disparates, revenant d'Alsace, des divisions du général d'Amade et d'unités nouvellement incorporées pour constituer la VIe armée, devant se placer sur l'aile gauche de l'armée anglaise du maréchal French, autrement dit à l'extrême-gauche des armées alliées.

Lorsque la retraite des armées alliées amena le front à proximité de Paris, le général Galliéni, commandant la Place militaire de Paris, mit à la disposition de Maunoury les troupes du camp retranché de Paris, qui s'ajouteront à l'effectif de la VIe armée1. Il mène à sa tête une attaque décisive sur le flanc de l'offensive allemande à partir du 5 septembre 1914 contre l'armée von Kluck, lors de la première bataille de la Marne2. La bataille menée par la VIe armée sera connue sous le nom de bataille de l'Ourcq, du nom de l'Ourcq, petite rivière qui se jette dans la Marne aux environs de Meaux.

Redevenu Gouverneur militaire de Paris du 5 novembre 1915 au 4 avril 1916. Il sera l'un des rares généraux de la guerre invités à la signature du Traité de Versailles. Il s'éteint dans le train qui le mène au château d'Herbilly, commune de Mer (Loir-et-Cher), le 28 mars 1923. Créé maréchal de France à titre posthume le 31 mars suivant, il bénéficie d'obsèques nationales le 2 avril. Ses funérailles ont lieu à Mer en présence des maréchaux Joffre et Foch et du Ministre de l'Intérieur (Maurice Maunoury, son cousin). Le corps du maréchal Maunoury repose depuis le 13 mai 1931 au Mausolée des Invalides à Paris. Blessé par une balle qui lui a traversé la jambe droite le 2 décembre 1870, à la bataille de Champigny. Gravement blessé d'une balle à la tête le 11 mars 1915 au moment où il mettait l'œil à un créneau, dans les tranchées du plateau de Nouvron qu'il visitait. Cette blessure le laissa aveugle jusqu'à sa mort. Le projectile ricocha ensuite pour blesser sérieusement le général de Villaret à la tête.


Publié dans Militaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article