Vautrin Catherine

Publié le par Mémoires de Guerre

Catherine Vautrin, née le 26 juillet 1960 à Reims, est une femme politique française. Députée de la Marne et vice-présidente de l'Assemblée nationale jusqu'en juin 2017, elle est actuellement présidente du Grand Reims. 

Vautrin Catherine

Carrière professionnelle

Catherine Vautrin est titulaire d'une maîtrise de droit des affaires. De 1986 à 1999, elle est cadre chez Cigna Europe où elle gravit les échelons : de cheffe de produit jusqu'à directrice marketing & communication pour l'Europe. En 1999, elle décide de démissionner du secteur privé pour rejoindre le conseil régional de Champagne-Ardenne, où elle est directrice générale adjointe des services de 2000 à 2002.

Parcours politique

Dès l'âge de 20 ans, elle rejoint le RPR. En 1983, à la demande de Jean Falala, elle devient conseillère municipale à la mairie de Reims. Elle est la plus jeune de l’équipe. En 1999, elle quitte son emploi dans le secteur privé afin de rejoindre le Conseil régional de Champagne-Ardenne où elle exerce les fonctions de directrice générale adjointe, chargée des directions et des services opérationnels. En juin 2002, elle devient députée de la deuxième circonscription de la Marne, elle succède à Jean-Claude Étienne. Catherine Vautrin est membre de la commission des affaires économiques, à ce titre elle fut :

  • membre de la commission sur l’avenir aéroportuaire français ;
  • première vice-présidente de la mission d’évaluation des conséquences économiques et sociales de la législation sur le temps de travail ;
  • rapporteuse pour avis au nom de la commission des affaires économiques sur le budget de l’économie, des finances et de l’industrie (poste et télécommunications) ;
  • rapporteuse du projet de loi sur l’initiative économique.

Le 31 mars 2004, elle est nommée secrétaire d’État à l’Intégration et à l’Égalité des Chances puis le 28 octobre secrétaire d’État aux Personnes âgées et enfin la 2 juin 2005, ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la Parité. En avril 2006, elle est élue présidente de la fédération marnaise de l’UMP. Catherine Vautrin est nommée présidente de Dialogue et Initiative Marne, club de Jean-Pierre Raffarin dont elle membre du bureau national. Le 17 juin 2007, elle est réélue députée avec 56,93 % des suffrages. À l’Assemblée nationale, elle a été élue vice-présidente de la Commission des affaires économiques. Elle est membre du bureau de l’UMP à l’Assemblée nationale. Le 6 juillet 2007, elle annonce officiellement sa candidature à la mairie de Reims, dans le cadre des élections municipales françaises de 2008. À l'issue du premier tour, le 9 mars, elle obtient 25,19 % des suffrages. Elle s'incline au second tour face à la candidate d'union de la gauche Adeline Hazan, obtenant 43,93 % des voix malgré l'investiture UMP (accordée au premier tour à Renaud Dutreil) et est élue conseillère municipale d'opposition.

Le 25 juin 2008, Catherine Vautrin est désignée, par les députés du groupe UMP, pour devenir, à compter d'octobre 2008, vice-présidente de l'Assemblée nationale en remplacement de Marc-Philippe Daubresse dont les pairs n'ont pas renouvelé le mandat. Elle accède à la 1re vice-présidence de l'Assemblée lorsque Marc Laffineur est nommé au gouvernement, en juin 2011. Réélue députée de la Marne le 17 juin 2012 avec 53,04 % des voix, elle est également réélue vice-présidente de l’Assemblée en septembre, comme chaque année depuis 2008. En 2012, à la suite du basculement à gauche de l'Assemblée nationale, Laurence Dumont lui succède à la première vice-présidence et elle descend à la cinquième vice-présidence. Lors du congrès de l'UMP d'automne 2012, elle soutient la motion « Le gaullisme, une voie d'avenir pour la France ». En décembre 2012, à la suite de la démission de Dominique Dord, elle est nommée trésorière nationale de l'UMP par Jean-François Copé, président de l'UMP. Dans ce cadre, elle est mise en examen fin 2014 pour « abus de confiance » dans le cadre du paiement de l'amende de Nicolas Sarkozy, infligée après la campagne présidentielle de 2012. Elle bénéficie d'un non-lieu pour cette affaire en septembre 2015.

En 2013, elle vote contre la loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe et participe à la Manif pour tous. Elle défend cependant « une alliance civile pour deux personnes du même sexe avec des droits patrimoniaux », proposition qui n'est pas retenue. Élue en mars 2014 sur la liste d’Arnaud Robinet à la mairie de Reims, elle accède le 14 avril 2014 à la présidence de l'agglomération de Reims Métropole. Le 17 juin 2014, elle est élue présidente de l'Association des villes universitaires de France (AVUF) pour un mandat de 3 ans. Elle soutient Nicolas Sarkozy pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016. Le 29 août, elle est nommée porte-parole de sa campagne, en tandem avec Éric Ciotti. Le 13 septembre 2016, Catherine Vautrin apparaît dans le magazine d'investigation de France 2 Cash Investigation « Industries agro-alimentaires : business contre santé » en compagnie de plusieurs parlementaires, dont Michel Raison, lors d’une soirée organisée par le lobby de l'agro-alimentaire l’ANIA. Catherine Vautrin y assiste à la création de « la Communauté du bien manger », qui met en avant la consommation de produits français.

Le 9 janvier 2017, Catherine Vautrin est élue présidente de la communauté urbaine du Grand Reims, regroupant 143 communes marnaises et 298 000 habitants. Le 1er mars 2017, dans le cadre de l'affaire Fillon, elle renonce à soutenir le candidat LR François Fillon à la présidentielle, souhaitant qu'il soit remplacé par un autre candidat et qu'il puisse défendre son honneur face à la justice. Candidate à un nouveau mandat de députée de la 2e circonscription de la Marne à l'occasion des élections législatives de 2017, elle est battue au second tour par Aina Kuric, soutenue par La République en marche. Le 10 juillet 2020, Catherine Vautrin est réélue présidente de la communauté urbaine du Grand Reims avec 196 voix sur 208 conseillers communautaires. Le 5 novembre 2020, elle est élue au sein du conseil d'administration d'Intercommunalités de France, et devient vice-présidente de l'association, en charge de l'Enseignement supérieur. Le 9 février 2022, elle annonce son soutien au président sortant Emmanuel Macron en vue de l'élection présidentielle qui se tient la même année. 

Vie privée

Son époux, Jean-Loup Pennaforte, est chef du service de médecine interne au CHU de Reims. Ils ont une fille née en 2002. 

Décoration

  • Chevalière de la Légion d'honneur (14 juillet 2018)

Détail des mandats et fonctions

Au Gouvernement

  • Secrétaire d'État chargée de l'Intégration et de l'Égalité des chances, auprès du ministre de l'Emploi, du Travail et de la Cohésion sociale du gouvernement Jean-Pierre Raffarin (3) (du 31 mars au 28 octobre 2004)
  • Secrétaire d'État aux Personnes âgées, auprès du ministre de l'emploi, du Travail et de la Cohésion sociale du gouvernement Jean-Pierre Raffarin (3) (du 28 octobre 2004 au 31 mai 2005)
  • Ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la Parité du gouvernement Dominique de Villepin (du 2 juin 2005 au 15 mai 2007)

À l'Assemblée nationale

  • 2002-2004 ; 2007-2017 : député de la 2e circonscription de la Marne
  • 2008-2017 : vice-présidente de l’Assemblée nationale

Au niveau local

  • 1983-1999 : conseillère municipale de Reims
  • À partir de 2006 : présidente du comité départemental UMP de la Marne
  • À partir de 2008 : conseillère municipale d'opposition à Reims
  • 2014-2017 : présidente de Reims Métropole
  • Depuis 2017 : présidente de la communauté urbaine du Grand Reims
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article