Tondelier Marine

Publié le par Mémoires de Guerre

Marine Tondelier, née le 23 août 1986 à Bois-Bernard (Pas-de-Calais), est une femme politique française. Membre d’Europe Écologie Les Verts (EÉLV), elle est élue d’opposition au conseil municipal d’Hénin-Beaumont, dirigé par le Front national depuis mars 2014. Elle est l’auteure, en 2017, de Nouvelles du Front, livre dénonçant la gestion municipale de l’équipe de Steeve Briois. Elle est actuellement élue au bureau exécutif d’EÉLV et, depuis 2021, conseillère régionale des Hauts-de-France. Depuis le 10 décembre 2022, elle est secrétaire nationale du parti. 

Tondelier Marine

Origines, formation et carrière professionnelle

Marine Tondelier naît le 23 août 1986 à Bois-Bernard. Elle grandit à Hénin-Beaumont, où sa mère est dentiste et son père médecin homéopathe. Ses grands-parents étaient agriculteurs à Beaumont-en-Artois et pharmaciens à Hénin-Liétard, avant la fusion des deux communes en Hénin-Beaumont en 1971. Elle est diplômée de l'Institut d'études politiques de Lille et titulaire d’un master en gestion des établissements de santé. Elle a effectué de longs stages à l’ambassade de France à Stockholm, à l’Inspection générale des affaires sociales et à la direction de l'écologie hospitalière de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris. 

Parcours politique

Candidatures électorales

Marine Tondelier débute en politique en adhérant à Europe Écologie Les Verts (EÉLV) en 2009, peu avant les élections municipales partielles à Hénin-Beaumont déclenchées par la révocation du maire divers gauche Gérard Dalongeville, poursuivi pour détournement de fonds publics, corruption, faux en écriture privée et usage de faux, favoritisme et recel de favoritisme. Elle est présente sur la liste d’EÉLV, conduite par Régine Calzia, qui réalise 8,72 % des voix au premier tour. Arrivée en tête au premier tour, la liste du candidat FN, Steeve Briois, soutenu directement par Marine Le Pen, est battue au second par le candidat divers gauche Daniel Duquenne. Marine Tondelier est candidate EÉLV en juin 2012 dans la onzième circonscription du Pas-de-Calais (Hénin-Beaumont), choisie depuis 2007 par Marine Le Pen pour tenter d’être élue à l’Assemblée nationale, et où Jean-Luc Mélenchon décide d’aller se présenter dès le lendemain du second tour de l’élection présidentielle. Le 2 juin 2012, après sa participation au débat télévisé organisé par France 3 Nord-Pas-de-Calais avec tous les candidats de la onzième circonscription, Marine Tondelier dénonce l’exploitation par les deux leaders nationaux de la situation d’Hénin-Beaumont : « Je ne suis pas sûre que ce soit ça qui sortira la circonscription de sa situation. Le bassin minier, il est fatigué, il est fâché et il devient furieux ». 

Elle obtient 1,63 % des voix au premier tour de l’élection, remportée au second tour par le socialiste Philippe Kemel, vainqueur de Marine Le Pen. Candidate avec Thierry Deneuville dans le canton d'Hénin-Beaumont-1 aux élections départementales de 2015, son binôme obtient 6,50 % des voix au premier tour. À 29 ans, Marine Tondelier est choisie pour conduire dans le Pas-de-Calais la liste d’alliance entre le Parti de gauche et EÉLV pour les élections régionales de 2015 en Nord-Pas-de-Calais-Picardie (région rebaptisée Hauts-de-France en 2016), qui réalise 4,83 % des voix au premier tour. Investie par EÉLV dans la onzième circonscription du Pas-de-Calais pour les législatives de 2017, elle obtient 3,55 % des voix au premier tour. Depuis 2017, elle est déléguée générale d'une association qui œuvre dans la qualité de l'air. Lors des élections européennes de 2019, Marine Tondelier est candidate en 74e position sur la liste d’Europe Écologie Les Verts, conduite par Yannick Jadot. La liste obtient 13,48 % au niveau national et 13 députés au sein du Parlement européen. 

Direction d’Europe Écologie Les Verts

Marine Tondelier intègre le conseil fédéral d’Europe Écologie Les Verts au congrès de La Rochelle en 2011, avant de siéger à la direction du parti (bureau exécutif) en octobre 2013, où elle est depuis déléguée à la communication interne et externe et aux outils numériques et responsable des Journées d'été d'Europe Écologie Les Verts. Par ailleurs, Marine Tondelier a été la collaboratrice parlementaire de la sénatrice EÉLV Aline Archimbaud de 2011 à 2015, pour laquelle elle suivait notamment les questions de politiques sanitaires et sociales, puis celle de Cécile Duflot, députée et ancienne ministre du Logement, de 2015 à 2017. Elle est candidate à la direction du parti lors du congrès d'EELV de 2022. Tête de liste de la motion majoritaire, la Suite, qui arrive en tête au premier tour avec 46,97 % des voix elle est élue secrétaire nationale à la tête du Bureau Exécutif du parti lors du congrès du 10 décembre 2022 et succède ainsi à Julien Bayou. 

Conseillère municipale d’Hénin-Beaumont

Marine Tondelier figure en deuxième position aux élections municipales de 2014 à Hénin-Beaumont, derrière le maire sortant Eugène Binaisse, de la liste d’union soutenue par le PS, EÉLV, le PRG et le PCF-Front de gauche. La liste obtient 32,04 % des suffrages exprimés ; celle du FN l'emporte dès le premier tour (50,25 %) et Steeve Briois est élu maire d’Hénin-Beaumont le 30 mars 2014. Conseillère municipale d’Hénin-Beaumont et élue à la communauté d'agglomération Hénin-Carvin, Marine Tondelier est élue le 23 septembre suivant contre Steeve Briois à la présidence du conseil de surveillance du centre hospitalier d’Hénin-Beaumont. Au conseil municipal d’Hénin-Beaumont, Marine Tondelier dénonce dès son élection l’accent mis par le maire Steeve Briois sur les mesures superficielles (rénovation des trottoirs) au détriment d’action sur le fond. 

Elle souligne que la municipalité profite de l’assainissement des comptes opéré par le maire précédent, après les dérives de l’ère Dalongeville. Elle s’élève contre certaines mesures ciblant les étrangers, telle la charte « Ma commune sans migrants », adoptée à la va-vite lors d’un conseil municipal le 7 octobre 2016, et alors qu’aucun projet d’accueil ne touchait la ville. Elle s’élève également contre les pressions sur diverses associations, notamment la Ligue des droits de l’homme, expulsée d’un local prêté par la mairie et dont la modeste subvention qui lui était versée est supprimée. Elle s’est également opposée à la mairie qui voulait abattre une quarantaine de tilleuls centenaires. Marine Tondelier et les autres élus d’opposition sont régulièrement insultés lors des réunions du conseil municipal ou de manifestations publiques. Candidate aux élections municipales de 2020 à Hénin-Beaumont en tant que tête de liste, sa liste obtient 18,22 % tandis que la liste du maire sortant obtient 74,21 % des voix. Elle est réélue conseillère municipale. 

Conseillère régionale des Hauts-de-France

Marine Tondelier figure en deuxième position sur la liste d'union de la gauche aux élections régionales de 2021 dans les Hauts-de-France pour le Pas-de-Calais. La liste obtient 19,78 % des voix dans ce département, et Marine Tondelier devient alors conseillère régionale. Elle est directrice de campagne d’Éric Piolle lors des primaires des écologistes. Elle est ensuite choisie par Yannick Jadot pour être porte-parole de sa campagne pour l'élection présidentielle de 2022. Candidate aux élections législatives de 2022, à nouveau dans la onzième circonscription du Pas-de-Calais, soutenue par les autres parties de la NUPES, elle obtient 39 % des voix au second tour. 

Vie privée

Marine Tondelier est pacsée avec son conjoint, qu'elle a rencontré dans le cadre de ses activités militantes chez les Verts. Elle est végétarienne depuis 2009. Marine Tondelier pratique le trail au niveau amateur. 

Publications

Le 1er mars 2017, Marine Tondelier sort un livre intitulé Nouvelles du Front, sous-titré La vie sous le Front national, une élue de l’opposition raconte (éditions Les liens qui libèrent). Le livre est un recueil de témoignages d'employés municipaux, de syndicalistes, de militants associatifs, de journalistes et de simples citoyens. Si l’auteure ne cache pas que la municipalité a accompli certains résultats, après les dérives de la mandature de Gérard Dalongeville (maire de 2001 à 2009), qui avait ruiné la ville, elle explique aussi le climat étouffant instauré par l’équipe municipale FN, tant envers les employés municipaux qu’envers les associations dépendant des subventions de la mairie. Elle présente son livre comme une occasion donnée à ces « sans-voix » de révéler l’envers du décor. Elle explique les calomnies répandues sur son compte auprès des administrés, sur les réseaux sociaux et dans le journal municipal, utilisés par la municipalité pour répandre ses idées alors qu’elle s’oppose régulièrement au travail des journalistes du journal local La Voix du Nord.

Elle raconte aussi les habitudes d’espionnage et de délation installées notamment parmi les employés municipaux. Premier du genre depuis l’élection de municipalités FN en 2014, le livre a bénéficié d’un écho médiatique national. Marine Tondelier a été interviewée sur de nombreux médias nationaux, tels qu’Europe 1, France Inter, Paris Match, RMC-BFM TV, Les Inrocks, L'Obs, Le Figaro, Le Parisien, et régionaux comme France Bleu Nord, France 3 Nord-Pas-de-Calais ou La Voix du Nord. Poursuivie en diffamation par Steeve Briois et Bruno Bilde, elle est relaxée par le tribunal correctionnel de Paris. Le tribunal correctionnel estime que les propos de Marine Tondelier étaient bien diffamatoires mais que l'élue ainsi que son éditeur devaient être relaxés « au bénéfice de la bonne foi ». 

Prises de positions

Au niveau international, Marine Tondelier a pris positions sur le soutien aux assiégés d’Alep (Syrie), par le biais d’une collecte de fonds et un voyage sur place à la frontière turque en compagnie notamment de Cécile Duflot en décembre 2016. Toujours sur le plan international, elle a pris position contre le régime chinois de Xi Jinping, accusé de massacrer les Ouïghours, et l'invasion de l'Ukraine par la Russie. En France, elle fait le lien entre justice sociale et écologie, défendant notamment la défense des services publics. Elle s'oppose aux personnes riches qui souhaitent échapper à l'impôt et polluent par leur mode de vie. Elle déclare également soutenir les actions de désobéissance civile des jeunes militants écologistes. Sur le plan personnel, elle est végétarienne. Chez les écologistes, elle défend une ligne se déclarant radicale, en lien avec les classes populaires et les zones rurales, dans une volonté de rassemblement et de défense de la justice sociale et environnementale. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article