Sylvia Gaby

Publié le par Mémoires de Guerre

Gaby Sylvia, actrice italienne, née Gabrielle Zignani à Cesena (Italie) le 24 mars 1920 et morte à Chamalières (Puy-de-Dôme) le 26 juillet 1980, victime d’une hémorragie cérébrale.

Sylvia Gaby
Sylvia Gaby
Sylvia Gaby
Sylvia Gaby
Sylvia Gaby
Sylvia Gaby
Sylvia Gaby

Carrière

Elle est d’abord actrice de théâtre, révélée a l’age de dix-sept ans dans «Altitude 3200» au théâtre de l’Etoile, puis «Virage dangereux» au théâtre de Pigalle, deux pièces mises en scène par Raymond Rouleau. La jeune comédienne devient une figure importante du théâtre en France dans les années quarante, avec «Sodome et Gomorrhe» de Jean Giraudoux en 1943, puis «Huis clos» de Jean-Paul Sartre l’année suivante. Gaby Sylvia poursuit une carrière théâtrale extrêmement riche, avec notamment plusieurs pièces de Jean Giraudoux, «Amphitryon 38» ou «Electre», mais aussi des pièces classiques, comme «Le Misanthrope» de Molière, ou «Bérénice» de Racine. C’est en 1976 qu'elle fait ses adieux avec une nouvelle représentation de «Huis clos» mise en scène par Andréas Voutsinas.

Cependant, Gaby Sylvia connait également un parcours plus qu’honorable au cinéma. La encore, elle est révélée très jeune, dans «Le ruisseau» (1938) de Maurice Lehmann et Claude Autant-Lara, puis l’année suivante dans «Derrière la façade», de Georges Lacombe et Yves Mirande. L’actrice devient, dans les années quarante, l’un des seconds rôles les plus importants du cinéma français, avec notamment «Premier bal» (1940) de Christian-Jaque, «Bonsoir mesdames, bonsoir messieurs» (1943) de Roland Tual ou «La femme fatale» (1945) de Jean Boyer. En 1947, elle obtient enfin un rôle plus important avec «Capitaine Blomet», de Andrée Feix. En 1948, avec «Métier de fous», elle croise la route de André Hunebelle, qu’elle retrouve dès l’année suivante dans «Mission a Tanger» avec pour partenaires Raymond Rouleau, Mila Parély et Louis de Funès débutant. Elle retrouve des seconds rôles importants dans trois films de Gilles Grangier, «Amour et Cie» (1949) avec Georges Guétary, «Les femmes sont folles» (1950) avec Raymond Rouleau et «L’amant de paille» (1950) avec Jean-Pierre Aumont.

Les années cinquante sont un tournant dans la carrière de Gaby Sylvia, dont les apparitions sur grand écran se font plus rares. On la retrouve, en 1954, dans «Huis clos» de Jacqueline Audry, adaptation de la pièce de Jean-Paul Sartre, ou Gaby Sylvia reprend le rôle d’Estelle Rigault, l’infanticide, qu’elle jouait déjà lors de la première représentation de la pièce. Elle enchaine ensuite plusieurs seconds rôles prestigieux, notamment dans «Les mauvaises rencontres» (1955) de Alexandre Astruc, récompensé a la Mostra de Venise, ou «C’est la faute d’Adam» (1957) de Jacqueline Audry. Après un bref passage a la télévision, dans «Les trois mousquetaires» de Claude Barma, elle retrouve André Hunebelle avec «Méfiez-vous, mesdames» (1963).

Sa pâle filmographie ne reflète pas son talent de comédienne, à l’exception de ses performances filmées dans le cadre de l’émission de Pierre Sabbagh «Au théâtre ce soir» avec, entre autres, les pièces «La toile d’araignée» (1969) de Agatha Christie et «Le monsieur qui attend» (1976) de Emlyn Williams. Gaby Sylvia abandonne dés lors sa carrière cinématographique pour se consacrer au essentiellement au théâtre. Elle apparaît encore dans «Beau masque» (1972) de Bernard Paul, puis dans «Nous irons tous au paradis» (1977) de Yves Robert, son dernier film. Victime d’une hémorragie cérébrale, elle meurt a Chamalières le 26 juillet 1980.

Filmographie

Théâtre

  • 1937 : Altitude 3200 de Julien Luchaire, mise en scène Raymond Rouleau, Théâtre de l'Étoile
  • 1938 : Virage dangereux de John Boynton Priestley, mise en scène Raymond Rouleau, Théâtre Pigalle
  • 1942 : Sylvie et le fantôme d'Alfred Adam, mise en scène André Barsacq, Théâtre de l'Atelier
  • 1942 : Sodome et Gomorrhe de Jean Giraudoux, mise en scène Georges Douking, Théâtre Hébertot
  • 1944 : Huis clos de Jean-Paul Sartre, mise en scène Raymond Rouleau, Théâtre du Vieux-Colombier
  • 1944 : Jean-Baptiste le mal-aimé d’André Roussin, mise en scène de l'auteur, Théâtre du Vieux Colombier
  • 1946 : Doris de Marcel Thiébaut, mise en scène Pierre Bertin, Théâtre Saint-Georges
  • 1946 : La Route des Indes de Jacques Deval d'après Ronald Harwood, Théâtre des Ambassadeurs
  • 1948 : Voyage à Washington de Garson Kanin, mise en scène Henri Bernstein, Théâtre des Ambassadeurs
  • 1949 : Le Don d'Adèle de Pierre Barillet et Jean-Pierre Grédy, mise en scène Jacques Charon, Nice, Comédie Wagram
  • 1949 : Les Amants d'Argos de Jean-Claude Eger, mise en scène René Rocher, Théâtre Verlaine
  • 1950 : Ce soir à Samarcande de Jacques Deval, mise en scène Jean Darcante, Théâtre de la Renaissance
  • 1952 : Ce soir à Samarcande de Jacques Deval, mise en scène Jean Darcante, Théâtre des Célestins
  • 1952 : La Duchesse d'Algues de Peter Blackmore, mise en scène Christian-Gérard, Théâtre Michel
  • 1953 : La Petite Catherine de Alfred Savoir, mise en scène Christian-Gérard, Théâtre des Bouffes Parisiens
  • 1954 : Ruy Blas de Victor Hugo, mise en scène Jean Vilar, TNP Théâtre de Chaillot
  • 1954 : Carlos et Marguerite de Jean Bernard-Luc, mise en scène Christian-Gérard, Théâtre de la Madeleine
  • 1955 : Entre chien et loup de Gabriel Arout d'après Légitime défense de Primo Levi, Théâtre en Rond
  • 1956 : Amphitryon 38 de Jean Giraudoux, mise en scène Claude Sainval, Comédie des Champs-Élysées
  • 1957 : La Magicienne en pantoufles de John Van Druten, mise en scène Louis Ducreux, Théâtre des Ambassadeurs
  • 1958 : Le Misanthrope de Molière, mise en scène Raymond Gérôme, Festival de Bellac
  • 1958 : Amphitryon 38 de Jean Giraudoux, mise en scène Raymond Gérôme, Festival de Bellac
  • 1958 : Virage dangereux de John Boynton Priestley, mise en scène Raymond Rouleau, Théâtre Edouard VII, Théâtre Michel
  • 1959 : La Toile d'araignée d'Agatha Christie, mise en scène Raymond Gérôme, Théâtre de Paris
  • 1960 : Piège pour un homme seul de Robert Thomas, mise en scène Jacques Charon, Théâtre des Bouffes-Parisiens
  • 1961 : Huis clos de Jean-Paul Sartre, Théâtre du Gymnase
  • 1962 : Piège pour un homme seul de Robert Thomas, mise en scène Jacques Charon, Théâtre de l'Ambigu
  • 1963 : Le Don d'Adèle de Pierre Barillet et Jean-Pierre Grédy, mise en scène Jacques Charon, Théâtre de l'Ambigu
  • 1963 : L'Assassin de la générale de Ladislas Fodor, mise en scène Jean-Pierre Grenier, Théâtre Michel
  • 1965 : Bérénice de Jean Racine, mise en scène Jacques Sereys, Théâtre de l'Ambigu
  • 1965 : L'Esclave d'Amiri Baraka, mise en scène Antoine Bourseiller, Poche Montparnasse
  • 1966 : L'Esclave de LeRoi Jones, mise en scène Antoine Bourseiller, Théâtre des Mathurins
  • 1971 : La Logeuse de Jacques Audiberti, mise en scène Georges Vitaly, Théâtre La Bruyère
  • 1971 : Piège pour un homme seul de Robert Thomas, mise en scène Jacques Charon, Théâtre Edouard VII
  • 1971 : Électre de Jean Giraudoux, mise en scène Andréas Voutsinas, Festival de Bellac
  • 1972 : Rendez-vous au plaza de Neil Simon, mise en scène Emilio Bruzzo, tournée Karsenty
  • 1975 : Hôtel du Lac de François-Marie Banier, mise en scène Andréas Voutsinas, Théâtre Moderne
  • 1976 : Huis clos de Jean-Paul Sartre, mise en scène Andréas Voutsinas, Théâtre Gérard Philipe

Télévision

  • 1959 : Les Trois Mousquetaires de Claude Barma
  • 1963 : Cent d'amour : la Vierge folle (pièce d'Henry Bataille), émission télévisée d'André Gillois, réalisation de Maurice Chateau : Fanny
  • 1968 : Au théâtre ce soir : La Toile d'araignée d'Agatha Christie, mise en scène Raymond Gérôme, réalisation Pierre Sabbagh, Théâtre Marigny
  • 1969 : Au théâtre ce soir : Carlos et Marguerite de Jean Bernard-Luc, mise en scène Christian-Gérard, réalisation Pierre Sabbagh, Théâtre Marigny
  • 1969 : Au théâtre ce soir : Ombre chère de Jacques Deval, mise en scène Christian-Gérard, réalisation Pierre Sabbagh, Théâtre Marigny
  • 1976 : Au théâtre ce soir : Le monsieur qui attend d'Emlyn Williams, mise en scène Georges Vitaly, réalisation Pierre Sabbagh, Théâtre Edouard VII
  • 1977 : Au théâtre ce soir : Enquête à l'italienne de Jacques de La Forterie, mise en scène Daniel Crouet, réalisation Pierre Sabbagh, Théâtre Marigny

Publié dans Acteurs et Actrices

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article