André Germain

Publié le par Mémoires de Guerre

André Germain est un directeur de la photographie français, né Jules Germain le 7 mai 1903 à Montvicq (Allier), mort le 30 décembre 1988 à Paris. 

André Germain

Carrière

Au cinéma, André Germain débute comme chef opérateur sur Un de la légion (avec Fernandel et Suzy Prim) et Rigolboche (avec Mistinguett et Jules Berry), tous deux sortis en 1936 et réalisés par Christian-Jaque, qu'il retrouve à l'occasion de sept autres films — le dernier est Le Grand Élan (1940), avec Max Dearly et Mila Parély —. Durant sa carrière, il assiste également les réalisateurs Maurice Tourneur (Katia, version de 1938, avec Danielle Darrieux et John Loder), Richard Pottier (six films, dont Destins en 1946, avec Tino Rossi et Micheline Francey), Jacques Daniel-Norman (trois films, dont Si ça peut vous faire plaisir en 1948, avec Fernandel et Antonin Berval), Henri Verneuil (trois films, dont La Table aux crevés en 1951, avec Fernandel et Andrex), ou encore Robert Vernay (trois films, dont Les carottes sont cuites en 1956, avec Jane Sourza et Raymond Souplex), entre autres. 

Au total, il contribue à une soixantaine de films français, le dernier étant Je, tu, elles... de Peter Földes (1969, avec Monique Lejeune et Francis Blanche), après lequel il se retire. Cas particulier, il collabore comme cadreur à un film franco-américain tourné à Paris, L'Homme de la tour Eiffel de Burgess Meredith (1949, avec Charles Laughton interprétant l’Inspecteur Jules Maigret). À la télévision, André Germain est directeur de la photographie sur la série Le train bleu s'arrête 13 fois (1965) et le feuilleton Rue barrée d'André Versini (1967, avec Jean Champion et Arlette Didier).

Filmographie

Télévision

  • 1965 : Série Le train bleu s'arrête 13 fois, en 13 épisodes (saison unique)
  • 1967 : Feuilleton Rue barrée d'André Versini, en 26 épisodes

 

Publié dans Métiers du Spectacle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article