Robin Dany

Publié le par Mémoires de Guerre

Dany Robin, née le 14 avril 1927 à Clamart, Hauts-de-Seine, et morte le 25 mai 1995 à Paris 16e, est une actrice française.

Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany
Robin Dany

Carrière

Elle devient «petit rat» de l’Opéra de Paris à l’âge de onze et s’illustre d’abord comme jeune danseuse avant de décrocher en 1944, un premier petit rôle, dans un mélodrame tiré d’un roman de Pierre Benoît, adapté par Marc Allégret «Lunegarde» (sorti début 1946) avec Gaby Morlay. Au début des années cinquante, la jeune femme a déjà à son actif une quinzaine de films dont quatre avec Georges Marchal, qu’elle épouse en juillet 1951, et dont elle aura deux enfants. Elle devient la véritable coqueluche du public avec son charmant «minois» et son tempérament primesautier qui ne lui attire pas toujours la faveur des journalistes, elle se voit même décerner un prix «citron» pour l’aigreur de son caractère vis-à-vis de la profession. Elle est à l’affiche de nombreux succès, en général des comédies. Dans «Mademoiselle Modiste» (1951) de l’Allemand Emil Edwin Reinert, Claude Dauphin et Henri Vidal sont ses soupirants. En 1953 elle donne la réplique à Amedeo Nazzari, transformé en sans-culotte dans «Les révoltés de Lomanach» de Richard Pottier, et à Jean Marais pour «Les amants de minuit» et «Julietta» d’après le roman de Louise de Vilmorin sur un scénario de Françoise Giroud.

La même année Dany Robin est l’épouse de Kirk Douglas dans «Un acte d’amour» de Anatole Litvak. Suivra notamment, en 1954, un très sympathique film de cap et d’épée de André Hunebelle «Cadet Rousselle» avec Bourvil et François Périer dans le rôle-titre. En 1955, Dany est la vedette de «Frou-Frou» dernière œuvre très parisienne du cinéaste romain Augusto Genina, ou elle partage l’affiche avec Gino Cervi, Philippe Lemaire et Louis de Funès. Dany est aussi une très convaincante Désirée Clary, d’abord fiancée de Bonaparte joué par Daniel Gélin puis épouse de Bernadotte et reine de Suède dans le «Napoléon» de Sacha Guitry. Elle apparaît comme l’archétype de la piquante parisienne dans de nombreuses productions dont le film franco-allemand «Bonsoir Paris/Süss ist die Liebe in Paris» (1956) de Ralph Baum avec Adrian Hoven et bien sûr «Mimi Pinson» de Robert Darène, avec le jeune Patrick Dewaere qui joue son frère. Mais elle se laisse aussi séduire par Jean-Pierre Mocky qui l’entraîne dans l’aventure de son premier long métrage «Les dragueurs» (1959).

Dans les années soixante la carrière de Dany Robin s’internationalise plus encore. Elle dans La «Les femmes du général» (1961) elle a pour partenaire Peter Sellers, en général britannique libertin. Elle est Michèle, une Française qui retrouve un officier de la marine nord-américaine en escale en Italie dans le très justement intitulé «En suivant mon cœur» (1963) de Richard Thorpe. Mais elle est aussi l’épouse de Frederick Stafford qui interprète un agent secret français dans «L’étau» (1969) de Alfred Hitchcock. C’est le dernier film de l’actrice qui vient de fêter ses quarante-deux ans et qui n’a pas arrêté de tourner depuis deux décennies. 1968, c’est aussi l’année de son divorce et de son remariage avec un producteur britannique, Michael Sullivan. Le public n’entendra plus guère parler de Dany Robin si ce n’est pour découvrir avec horreur l’annonce de son décès, ainsi que celui de son mari, le 25 mai 1995, dans un hôpital parisien, quelques heures après avoir été grièvement brûlés dans l’incendie de leur appartement.

Filmographie

  • 1943 : Premier prix du conservatoire de René Guy-Grand (Court métrage)
  • 1944 : Lunegarde de Marc Allégret
  • 1946 : Les Portes de la nuit de Marcel Carné : Étiennette
  • 1946 : Six heures à perdre de Alex Joffé et Jean Levitte : Rosy
  • 1947 : Le silence est d'or de René Clair : Lucette
  • 1947 : Le destin s'amuse de Emil-Edwin Reinert : Gabrielle
  • 1947 : L'Éventail de Emil-Edwin Reinert : Martine
  • 1947 : Une jeune fille savait de Maurice Lehmann : Corinne
  • 1947 : Les amoureux sont seuls au monde de Henri Decoin : Monelle Picart
  • 1949 : La Passagère de Jacques Daroy : Nicole Vernier
  • 1949 : La Voyageuse inattendue de Jean Stelli : Dany
  • 1949 : La Soif des hommes de Serge de Poligny : Julie
  • 1949 : Au p'tit zouave de Gilles Grangier : Hélène
  • 1949 : Vedettes en liberté de Jacques Guillon (Court métrage)
  • 1949 : Autour d'une collection de Jean-Claude Huisman (Court métrage)
  • 1951 : Le Plus Joli Péché du monde de Gilles Grangier : Zoé
  • 1951 : Deux sous de violettes de Jean Anouilh : Thérèse Delbez
  • 1951 : Une histoire d'amour de Guy Lefranc : Catherine Mareuil
  • 1952 : Douze heures de bonheur / Jupiter de Gilles Grangier : Yvette Cornet
  • 1952 : Elle et moi de Guy Lefranc : Juliette
  • 1952 : La Fête à Henriette de Julien Duvivier : Henriette
  • 1953 : Les Amants de minuit de Roger Richebé : Françoise Letanneur
  • 1953 : Un acte d'amour (Act of love) d'Anatole Litvak : Lise Gudayec/Madame Teller
  • 1953 : Julietta de Marc Allégret : Julietta Valendor
  • 1954 : Les Révoltés de Lomanach de Richard Pottier : Monique de Lomanach
  • 1954 : Quelques pas dans la vie (Tempi nostri) de Alessandro Blasetti : Her
  • 1954 : Cadet Rousselle d'André Hunebelle : Violetta Carlino
  • 1954 : Escale à Orly de Jean Dréville : Michèle Tellier
  • 1955 : Napoléon de Sacha Guitry : Désirée Clary
  • 1955 : Frou-Frou de Augusto Genina : Antoinette Dubois dit Frou Frou
  • 1955 : Paris canaille de Pierre Gaspard-Huit : Penny Benson
  • 1956 : C'est arrivé à Aden de Michel Boisrond : Eléonore 'Nora' de Savigny
  • 1956 : Bonsoir Paris, bonjour l'amour de Ralph Baum : Annick Bernier
  • 1957 : Le Coin tranquille / Déshabillez-vous Madame de Robert Vernay : Danielle
  • 1957 : L'École des cocottes de Jacqueline Audry : Ginette Masson
  • 1957 : Quand sonnera midi de Edmond T. Gréville : Christine Dumartin
  • 1957 : C'est la faute d'Adam de Jacqueline Audry : Eléonore 'Nora' de Savigny
  • 1957 : Mimi Pinson de Robert Darène : Mimi Pinson
  • 1958 : Suivez-moi jeune homme de Guy Lefranc : Françoise Marceau
  • 1959 : Les Dragueurs de Jean-Pierre Mocky : Denise
  • 1959 : Le Secret du chevalier d'Éon de Jacqueline Audry : La comtesse de Monval
  • 1960 : La Française et l'Amour de Henri Verneuil, dans le sketch : L'adultère : Nicole Perret
  • 1960 : Motif de divorce: l'amour (Scheidungsgrund : liebe) de Cyril Frankel : Marylin
  • 1961 : Conduite à gauche de Guy Lefranc : Catherine
  • 1961 : Les Amours célèbres de Paul Gordeaux, de Michel Boisrond, dans le sketch : Lauzun
  • 1962 : Les Mystères de Paris d'André Hunebelle : Irène
  • 1962 : Les Femmes du Général / Mademoiselle et son dragon (Waltz of the Toreadors) de John Guillermin : Ghislaine
  • 1962 : Les Parisiennes de Marc Allégret : Antonia
  • 1962 : Mandrin, bandit gentilhomme de Jean-Paul Le Chanois : Baronne d'Escourt
  • 1962 : En suivant mon coeur (Follow the Boys) de Richard Thorpe : Michele Perrier
  • 1963 : Comment trouvez-vous ma sœur de Michel Boisrond : Martine Jolivet
  • 1964 : Sursis pour un espion de Jean Maley : Mme Roussel
  • 1965 : La Corde au cou de Joseph Lisbona : Isabelle
  • 1966 : Don't lose your head de Gerald Thomas : Jacqueline
  • 1968 : Le Club des libertins (The Best House in London) de Philip Saville : Babette
  • 1969 : L'Étau (Topaz) d'Alfred Hitchcock : Nicole Devereaux

Théâtre

  • 1947 : L'Invitation au château de Jean Anouilh, mise en scène André Barsacq, Théâtre de l'Atelier
  • 1952 : La Grande Roue de Guillaume Hanoteau, mise en scène Roland Piétri, Théâtre Saint-Georges
  • 1952 : La Grande Oreille de Guillaume Hanoteau, mise en scène Roland Piétri, Théâtre Saint-Georges
  • 1955 : Les Amants novices de Jean Bernard-Luc, mise en scène Jean Mercure, Théâtre Montparnasse
  • 1958 : L'Invitation au château de Jean Anouilh, mise en scène André Barsacq, Théâtre des Célestins
  • 1959 : Un rossignol chantait de Robert Lamoureux, mise en scène et décors Jean Marais, Théâtre des Variétés
  • 1960 : Léocadia de Jean Anouilh, mise en scène Roland Piétri, Théâtre des Célestins
  • 1962 : Le Misanthrope ou l'Atrabilaire amoureux de Molière, mise en scène Pierre Dux, Théâtre de l'Œuvre
  • 1962 : Mais n'te promène donc pas toute nue ! de Georges Feydeau, mise en scène Jacques-Henri Duval, tournée Herbert
  • 1962 : La Seconde Surprise de l'amour de Marivaux, mise en scène Jacques-Henri Duval, tournée Herbert
  • 1963 : Dom Juan ou le Festin de pierre de Molière, mise en scène Pierre Dux, Théâtre de l'Œuvre
  • 1963 : Le Misanthrope de Molière, mise en scène Pierre Dux, Théâtre des Célestins
  • 1963 : Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée d'Alfred de Musset, mise en scène Pierre Dux, Théâtre des Célestins
  • 1965 : Version grecque de Marc-Gilbert Sauvajon, mise en scène Jacques-Henri Duval, Théâtre Montparnasse
  • 1965 : La Dame en blanc de Marcel Achard, mise en scène Jacques-Henri Duval, Théâtre des Célestins, tournée Herbert-Karsenty
  • 1967 : Jean de la Lune de Marcel Achard, mise en scène Jean Piat, Théâtre du Palais-Royal
  • 1967 : Demandez Vicky de Marc-Gilbert Sauvajon, mise en scène Jacques-Henri Duval, Théâtre des Nouveautés

Télévision

  • 1965 : Version grecque (Téléfilm) : Bacchis
  • 1966 : The Dick Emery Show (Série TV)

Publié dans Acteurs et Actrices

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article