Maurice de Canonge

Publié le par Mémoires de Guerre

Maurice Camille Louis de Canonge est un réalisateur, acteur et scénariste français né le 18 mars 1894 à Toulon et mort le 29 décembre 1978 à Ballancourt-sur-Essonne. 

Maurice de Canonge
Maurice de Canonge

Carrière

Maurice de Canonge naît le 18 mars 1894 à Toulon, grand port militaire de la Méditerranée dont les habitants vivent au rythme d’une marine au service de la IIIème République alors à son apogée. Canonge débute au cinéma à la fin de la première guerre mondiale et interprète une quarantaine de courts métrages dont les quatre aventures de Rigadin (1918) de Georges Monca, et les douze épisodes de «Tue-la-mort» (1920) de René Navarre. Puis, sous le nom de Maurice Cannon, il ébauche une carrière outre-Atlantique («Mon homme / The shadow of Paris» avec Pola Negri, en 1925). De retour en France Maurice de Canonge apparaît dans la première œuvre sonorisée de Léonce Perret, «Quand nous étions deux», sortie le 1er mai 1930. Il travaille ensuite en Allemagne et joue aux côtés de Alice Tissot «Les quatre vagabonds» (1931), dernier film du réalisateur d’origine roumaine Lupu Pick. 

La même année il passe derrière la caméra pour trois courts métrages comiques dont «Olive, passager clandestin», véritables clins d’œil à sa province natale. En 1935, tout en étant acteur dans la comédie décalée «Ademaï au Moyen-Âge» avec Noël-Noël, il tourne les premiers scènes de «À minuit, le sept», une enquête policière dans le monde de la presse, dont il fera d’ailleurs une nouvelle adaptation en 1949, sous le titre «Dernière heure, édition spéciale» avec Paul Meurisse qui succèdera à Paul Bernard. Mais en attendant, Canonge reste fidèle aux films policiers en 1936 avant de revenir en 1937 au comique de situation de «Boulot aviateur» avec Michel Simon. L’année suivante, il change diamétralement de registre en filmant notamment «Grisou, les hommes sans soleil», un drame de la mine avec Pierre Brasseur et une évocation de «Thérèse Martin» canonisée en 1925 sous le nom de Sainte-Thérèse de Lisieux. Mais des bruits de bottes se font entendre et le réalisateur toulonnais adapte «Le capitaine Benoît» (1939), avec Mireille Balin en espionne passée au service d’une bande dite de terroristes pour ne froisser personne au lendemain des accords de Munich!

Pendant la guerre, Maurice de Canonge cesse toute activité cinématographique. Puis il retrouve le public avec une œuvre sur la résistance, «Mission spéciale», qui reste toujours classée dans les cent meilleures entrées pour les films (toutes nationalités confondues) sortis en France depuis 1945. Il réalise encore une quinzaine d’œuvres aux sujets très variés jusqu’à la fin des années cinquante. Ainsi, dans «Un flic» (1947) joué par Lucien Coëdel, il évoque un jeune malfrat, alias Raymond Pellegrin, qui fait du marché noir sous l’occupation. Mais il dirige aussi nos vedettes de la chanson, Charles Trenet, Edith Piaf et bien d’autres, dans «Boum sur Paris» (1953). Il retrouve aussi le monde des opérettes avec «Trois de la Marine» (1956) et fait découvrir la Camargue à Fernand Raynaud dans «Arènes joyeuses» (1957). En 1958, il réalise son vingt-neuvième et dernier long métrage, «Police judiciaire» (1958) avec Jean Tissier, où il montre les rouages de la police parisienne. Par la suite Maurice de Canonge coréalise un feuilleton télévisé «Le train bleu s’arrête treize fois» (1965) et interprète des petits rôles au cinéma. Puis cet étonnant réalisateur, d’un incroyable éclectisme et par conséquent inclassable, meurt, sans doute pour cette raison-là complètement oublié, le 29 décembre 1978, à Ballancourt-sur-Essonne, en région parisienne. 

 

Filmographie

Comme réalisateur
  • 1931 : Olive se marie
  • 1931 : Olive passager clandestin avec Lilian Baron et Raymond Lucy
  • 1935 : Le Secret de l'émeraude
  • 1936 : Inspecteur Grey
  • 1936 : À minuit, le 7
  • 1936 : L'Empreinte rouge
  • 1937 : Boulot aviateur
  • 1937 : Un soir à Marseille
  • 1938 : Le Capitaine Benoît
  • 1938 : Gosse de riche
  • 1938 : Grisou avec Madeleine Robinson et Odette Joyeux
  • 1938 : Thérèse Martin
  • 1940 : Les Trois Tambours ou Les 3 Tambours
  • 1945 : Dernier Métro
  • 1946 : Mission spéciale
  • 1947 : Un flic
  • 1948 : Erreur judiciaire
  • 1949 : La Bataille du feu (Les Joyeux Conscrits)
  • 1949 : Dernière heure, édition spéciale
  • 1950 : L'Homme de la Jamaïque
  • 1951 : Les Deux Gamines
  • 1951 : Au pays du soleil
  • 1952 : L'Amour toujours l'amour
  • 1954 : Boum sur Paris
  • 1955 : Interdit de séjour
  • 1956 : Trois de la Canebière
  • 1957 : Trois de la marine
  • 1958 : Police judiciaire
  • 1958 : Arènes joyeuses
Comme acteur
  • 1917 : Du rire aux larmes
  • 1918 : La Femme de Rigadin
  • 1918 : Rigadin aimé de sa dactylo
  • 1918 : La Vengeance de Rigadin
  • 1918 : N° 30 série 10
  • 1919 : Rigadin et le code de l'honneur : Arsène Loupard
  • 1919 : Rigadin dans les Alpes
  • 1921 : Les Parias de l'amour de Paul Garbagni
  • 1922 : Rapax
  • 1926 : La Femme nue de Léonce Perret : Rouchard
  • 1929 : Le Secret de Délia (L'Évadée)
  • 1930 : Quand nous étions deux : Rouchard
  • 1931 : Olive se marie
  • 1931 : Amours viennoises : Muller
  • 1931 : Les Quatre Vagabonds : Novac
  • 1934 : Adémaï au Moyen Âge : Un officier anglais
  • 1935 : Le Coup de trois : Le marchand de poissons
  • 1936 : L'Appel du silence
  • 1936 : Le Grand Refrain d'Yves Mirande
  • 1949 : Les Joyeux conscrits (La Bataille du feu)
  • 1949 : Dernière heure, édition spéciale
  • 1967 : Les Aventures extraordinaires de Cervantes (Cervantes)
  • 1968 : Le Rouble à deux faces : Director of Hotel
  • 1971 : Police Magnum (Kill!)
Comme scénariste
  • 1933 : Clochard de Robert Péguy
  • 1936 : Inspecteur Grey
  • 1936 : L'Empreinte rouge
  • 1951 : Les Deux Gamines
  • 1952 : Au pays du soleil
  • 1954 : Boum sur Paris
  • 1956 : Trois de la Canebière
     
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article