Falkenhayn Erich von

Publié le par Mémoires de Guerre

Erich von Falkenhayn est un militaire allemand né le 11 septembre 1861 à Burg Belchau et décédé le 8 avril 1922 à Potsdam. 

Falkenhayn Erich vonFalkenhayn Erich von

Général d'Infanterie et chef suprême de l'armée allemande de septembre 1914 à août 1916, il est notamment le concepteur de l'offensive de Verdun, destinée à « saigner à blanc l'armée française ». Durant la Première Guerre mondiale, le haut état-major allemand est devenu un nid d'intrigues dès l'instant où von Falkenhayn a succédé à von Moltke à la tête de l'état-major général du front de l'Ouest. Hautain et tranchant, celui-ci dépend entièrement de la faveur du Kaiser, car son caractère et ses propos acerbes lui valent l'hostilité de la plupart de ses pairs.

Falkenhayn a conçu l'offensive de Verdun en sachant pertinemment que la « clique » du front de l'Est complotait contre lui. Son échec permettra d'ailleurs à Hindenburg et Ludendorff de le supplanter et de devenir les maîtres de l'Allemagne en guerre, qu'ils conduiront à la défaite en 1918. On peut faire trois reproches à Falkenhayn : il n'a jamais informé ses alliés austro-hongrois, pour qui l'offensive de Verdun a constitué une surprise totale ; il a gravement sous-estimé les capacités de résistance de l'armée française ; enfin, il n'a jamais explicité aux commandants sur le terrain les tenants et les aboutissants de sa stratégie d'usure.

Disgracié suite à l'échec de ses plans à Verdun et devant l'offensive alliée sur la Somme, il participa à la campagne de Roumanie en 1916 et en 1917. Ses mémoires (rédigées à la troisième personne) révèlent une arrogance et une suffisance peu ordinaires. Jusqu'à sa mort, en 1922, Falkenhayn continuera d'affirmer à tort que, pour chaque soldat allemand tué dans la bataille, l'armée française en a perdu deux. Son petit-fils, Henning von Tresckow, fut officier allemand pendant la Seconde Guerre mondiale et complota contre Adolf Hitler.

Publié dans Militaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article