Peck Gregory

Publié le par Mémoires de Guerre

Eldred Gregory Peck, né le 5 avril 1916 à La Jolla et mort le 12 juin 2003 à Los Angeles, est un acteur américain. Grande star de Hollywood des années 1950 et 60.

Peck Gregory
Peck Gregory
Peck Gregory
Peck Gregory
Peck Gregory
Peck Gregory
Peck Gregory
Peck Gregory
Peck Gregory
Peck Gregory
Peck Gregory
Peck Gregory
Peck Gregory
Peck Gregory
Peck Gregory
Peck Gregory
Peck Gregory
Peck Gregory
Peck Gregory
Peck Gregory
Peck Gregory
Peck Gregory
Peck Gregory

Gregory Peck est classé par l'American Film Institute douzième acteur de légende, grâce à de nombreux rôles restés célèbres : Duel au soleil, Le Mur Invisible, Capitaine sans peur, Vacances romaines, Moby Dick, Les Canons de Navarone ou encore Les Nerfs à vif. Son rôle le plus célèbre et le plus marquant pour des générations de cinéphiles reste celui d'Atticus Finch dans Du Silence et des Ombres, personnage qui figure à la première place du classement des 100 plus grands héros de films. Gregory Peck fut aussi connu pour être l'incarnation du gentleman, à la ville comme à l'écran. Viril, bel homme, garant des valeurs et de la morale dans ses films, il déclara à la fin de sa vie vouloir que l'on se souvienne de lui comme d'un bon père et d'un bon mari avant tout.

Né à La Jolla en Californie, Gregory Peck est le fils unique de Gregory Peck (pharmacien/chimiste d'origine arménienne du côté de son père et irlandaise du côté de sa mère, catholique) et de Bernice Ayres (originaire du Missouri, convertie au catholicisme). Sa grand-mère paternelle Catherine Ashe est liée au nationaliste irlandais Thomas Ashe, qui prend part à l'Insurrection de Pâques 1916 (année de naissance de Peck). Son grand-père paternel est lié au nationalisme arménien, mais il a habité en Angleterre. Pendant son adolescence Gregory Peck a étudié la langue arménienne, pour être plus proche de ses origines. Malgré leur pratique stricte de la religion catholique, les parents de Gregory Peck divorcent alors qu'il n'a que cinq ans ; il est alors pris en charge par sa grand-mère. Eldred est ensuite envoyé à 10 ans dans une école militaire catholique de Los Angeles, puis à la San Diego High School. Une fois diplômé, il s'inscrit à la San Diego State University puis à Berkeley.

À partir de 1936, il commence à développer un intérêt pour la comédie et s'implique dans la section de théâtre de Berkeley. Il apparaît dans cinq pièces durant ses années d'études. À la même époque, il doit travailler pour pouvoir financer ses études. Pendant une courte période, il travaille comme conducteur de camion pour une entreprise pétrolière, puis comme aide-cuisinier. Gregory Peck dit plus tard de ses années à Berkeley : « It was a very special experience for me and three of the greatest years of my life. It woke me up and made me a human being. » « Ce fut une expérience très spéciale pour moi et trois des meilleures années de ma vie. Cela m'a réveillé et fait de moi un homme. »

En 1997, en remerciement à son coach Ky Ebright, il fait un don de 25 000 dollars à sa section de Berkeley. Après avoir obtenu son diplôme en anglais, Peck enlève légalement le Eldred de son nom et part à New York étudier à la Neighborhood Playhouse, une école de comédie réputée. Il manque alors souvent de moyens et dort quelquefois dans Central Park. Il travaille en 1939 à l'Exposition universelle puis comme guide pour la chaîne de télévision NBC. C'est alors qu'il fait ses débuts à Broadway dans la pièce d'Emlyn Williams The Morning Star (1942) puis dans The Willow and I avec Edward Pawley et The Doctor's Dilemma. À cette même période, il épouse Greta Konen Rice avec laquelle il a trois enfants.

Au cours d'une interview en 1953, le comédien Gregory Peck répond aux questions d'une journaliste française, Véronique Passani, avant qu'il ne se rende en Italie pour tourner Vacances romaines avec Audrey Hepburn. Six mois plus tard, il l'invite à déjeuner. Ils deviendront alors inséparables. Le comédien épousera Véronique le 31 décembre 1955, soit le jour de la finalisation de son divorce d'avec Greta Kukkonen, mère de ses trois fils, Jonathan (décédé en 1975), Stephen et Carey. Par amour pour lui, la journaliste de France-Soir Véronique Passani abandonne son travail. De leur union naîtront deux enfants, Anthony et Cecilia, et elle durera jusqu'à la mort de Gregory Peck en 2003, soit près de cinquante années de bonheur. Née à Paris, elle était journaliste à France-Soir lorsqu'elle rencontra pour une interview l'acteur en 1953. Ils se marièrent le 31 décembre 1955, au lendemain de l'officialisation du divorce d'avec sa première femme, Greta Kukkonen. Le couple a deux enfants, Anthony et Cecilia.

Véronique Peck, qui acquit la citoyenneté américaine en 1976, s'était consacrée à de nombreuses activités philanthropiques aux États-Unis. Peck gagne en popularité durant la seconde guerre mondiale, bien qu'exempté de service militaire en raison de maux de dos. Ce problème de dos serait dû à un mauvais mouvement durant une leçon de danse avec Martha Graham, mais la Twentieth Century Fox préfère annoncer que ce problème de dos provient d'un accident d'aviron à l'université. Gregory Peck en dit plus tard : « In Hollywood, they didn't think a dance class was macho enough, I guess. I've been trying to straighten out that story for years. » «À Hollywood, ils ne pensaient pas que les cours de danse étaient assez macho je pense. J'ai essayé de rectifier cette histoire pendant des années.»

Il arrive à Hollywood en 1944 avec quatre contrats en poche. C'est Jacques Tourneur qui lui donne son premier emploi au cinéma : le rôle principal de Jours de Gloire (1944). Il est immédiatement pris sous contrat par David O Selznick qui prépare la production de Les Clés du royaume (1944). Bien que quelques critiques qualifient son jeu d'inexpressif, Gregory Peck est nommé cinq fois au cours de sa carrière pour l'Oscar du meilleur acteur, dont quatre au cours de ses premières années au cinéma avec : Les Clés du royaume (1944), Jody et le Faon (1946), Le Mur invisible (1947, aux côtés de Dorothy McGuire), et Un Homme de fer (1949). Il remporte l'Oscar à sa cinquième nomination, pour le rôle d'Atticus Finch dans To Kill a Mockingbird (Du Silence et des Ombres) en 1962, adaptation du roman éponyme d'Harper Lee. Sorti en pleine lutte des noirs américains pour obtenir leurs droits civiques, ce film a pour thème l'injustice dont est victime un noir de l'Alabama accusé à tort de viol.

Dans ce film, Peck joue un avocat, veuf et père de deux enfants, qui doit défendre ce noir contre toute la société qui l'entoure. To Kill a Mockingbird aurait été le film préféré de l'acteur. Le personnage qu'il interprète, Atticus, est désigné en 2003, soit deux semaines avant sa mort, par l’American Film Institute comme le plus grand héros de l'histoire du cinéma (avec en 2e place Indiana Jones et en 3e James Bond). Gregory Peck eut une carrière prolifique, dont certains films se démarquent : Les Canons de Navarone, film de guerre avec David Niven et Anthony Quinn, le Moby Dick de John Huston, deux collaborations avec Alfred Hitchcock (La Maison du docteur Edwardes et Le Procès Paradine), ainsi que Vacances romaines aux côtés d'Audrey Hepburn qui remporte son premier Oscar grâce à ce film. Gregory Peck et Audrey Hepburn étaient des amis proches jusqu'à la mort de celle-ci : c'est d'ailleurs lui qui lui présenta son premier mari Mel Ferrer.

À côté de sa carrière, Peck fonde en 1949, dans sa ville natale, The La Jolla Playhouse avec ses amis Mel Ferrer et Dorothy McGuire. En 1947, alors que beaucoup à Hollywood figurent déjà sur une liste noire de personnalités soupçonnées de communisme, Gregory Peck signe une lettre à l'encontre du Comité des Activités non-américaines et des investigations de McCarthy dans l'industrie du cinéma. Quand en 1958, il tournera avec Henry King, le western psychologique, Bravados, traitant d'une vengeance fautive, il déclarera avoir voulu dénoncer le maccarthysme. Il prend également la parole pendant la guerre du Viêt Nam alors que son propre fils Stephen combattait. En 1972, il produit l'adaptation cinématographique de la pièce de Daniel Berrigan: Les Neuf de Catonsville, sur le procès d'un groupe de vietnamiens accusés de désobéissance civile.

En 1977, malgré son hésitation initiale à interpréter le général Douglas MacArthur pour le film MacArthur, le général rebelle, il en ressort avec une grande admiration pour l'homme. Sympathisant du Parti démocrate, Gregory Peck est envisagé dans les années 1970 comme un candidat possible contre Ronald Reagan au poste de gouverneur de Californie. Dans une interview, il révéle aussi que le président Lyndon Johnson, alors candidat à sa réélection, lui avait proposé un poste d'ambassadeur des États-Unis en Irlande (poste que Peck aurait volontiers accepté en considération de son ascendance irlandaise). Il encourage plus tard un de ses fils, Carey, dans sa carrière politique. mais celui-ci échoue deux fois à entrer au Congrès en 1978 et 1980 (les deux fois avec de faibles écarts en nombre de voix). Grégory Peck était présent aux côtés de Line Renaud lorsque celle-ci est allée féliciter M. Jacques Chirac à l'occasion de sa victoire à l'élection présidentielle le 17 mai 1995.

En 1979, il est introduit au Western Performers Hall of Fame au National Cowboy & Western Heritage Museum à Oklahoma City. Dans les années 1980, il interprète le rôle d'Abraham Lincoln dans le téléfilm The Blue and the Gray. Il joue aussi dans The Scarlet and The Black, téléfilm sur un prêtre catholique qui sauve des juifs et des réfugiés du nazisme durant la seconde guerre mondiale. Peck se retire du métier en 1991 après avoir reçu l'AFI Life Achievement Award décerné par l'American Film Institute en 1989. En 1996, il reçoit également le Crystal Globe pour sa contribution artistique au monde du cinéma. En 2000, il est fait Docteur en Lettres par la National University of Ireland. Il est aussi patron de l'University College Dublin School of Film (où il nomme Martin Scorsese comme membre honoraire) et siège quelque temps à l'American Cancer Society.

Gregory Peck est l'un des premiers à recevoir une étoile sur le Hollywood Walk of Fame dans les années 1960 au 6100 Hollywood Blvd., mais cette étoile est volée 45 ans plus tard, le 30 novembre 2005. Tout comme Cary Grant, il passe les dernières années de sa vie à parcourir le monde, multipliant les discours et les conférences. Il meurt dans son sommeil de causes naturelles le 12 juin 2003 à Los Angeles, âgé de 87 ans, laissant sa seconde femme Veronique Passani (journaliste parisienne épousée en 1955), deux enfants de son premier mariage et deux de son second (un autre de ses fils s'étant suicidé en 1975). Véronique Peck, née Passani, veuve d'origine française de Gregory Peck (1916-2003), est décédée le 17 août 2012 d'une crise cardiaque à son domicile de Los Angeles. Elle était âgée de 80 ans. Gregory Peck est aujourd'hui enterré à la Cathédrale Notre-Dame-des-Anges de Los Angeles.

Vie privée : 

1re épouse : Greta Kukkonen (de 1942 à 1954)

  • Fils : Jonathan (né en 1944, décédé en 1975)
  • Fils : Stephen (né en 1945)
  • Fils : Carey (né en 1949)

2e épouse : Veronique Passani (de 1955 à 2003)

  • Fils : Anthony (né en 1956)
  • Fille : Cecilia (née en 1958)

Filmographie

  • 1944 : Jours de gloire (Days of Glory) de Jacques Tourneur - Vladimir
  • 1944 : La Vallée du jugement (The Valley of Decision), de Tay Garnett - Paul Scott
  • 1944 : Les Clés du royaume (The Keys of the Kingdom) de John M. Stahl - Père Francis Chisholm
  • 1945 : La Maison du docteur Edwardes (Spellbound) d'Alfred Hitchcock - John Ballantine
  • 1946 : Jody et le Faon (The Yearling) de Clarence Brown - Penny Baxter
  • 1946 : Duel au soleil (Duel in the Sun) de King Vidor - Lewt McCanles
  • 1947 : L'Affaire Macomber (The Macomber Affair) de Zoltan Korda - Robert Wilson
  • 1947 : Le Mur Invisible (Gentleman's Agreement) d'Elia Kazan - Phil Green
  • 1947 : Le Procès Paradine (The Paradine Case) d'Alfred Hitchcock - Anthony Keane
  • 1948 : La Ville abandonnée (Yellow Sky) de William Wellman - Stretch
  • 1949 : Un Homme de fer (Twelve O'Clock High) de Henry King - Général Frank Savage
  • 1949 : Passion fatale (The Great Sinner) de Robert Siodmak - Pedja
  • 1950 : La Cible humaine (The Gunfighter) d'Henry King - Jimmie Ringo
  • 1951 : David et Bethsabée (David and Bathsheba), d'Henry King - Le Roi David
  • 1951 : Fort invincible (Only the Valiant), de Gordon Douglas - Capitaine Richard Lance
  • 1951 : Capitaine sans peur (Captain Horatio Hornblower) de Raoul Walsh - Capitaine Horatio Hornblower
  • 1952 : Le monde lui appartient (The World in His Arms) de Raoul Walsh - Jonathan Clark
  • 1952 : Les Neiges du Kilimandjaro (The Snows of Kilimandjaro) de Henry King - Harry Street
  • 1953 : Vacances romaines (Roman Holiday) de William Wyler - Joe Bradley
  • 1954 : La Flamme pourpre (The Purple plain) de Robert Parrish - Bill Forrester
  • 1954 : Les Gens de la nuit (Night people) de Nunnally Johnson - Colonel Steve Van Dyke
  • 1954 : L'Homme au million (The Million Pound Note) de Ronald Neame - Henry Adams
  • 1956 : L'Homme au complet gris (The Man in the gray flannel suit) de Nunnally Johnson - Tom Rath
  • 1956 : Moby Dick de John Huston - Capitaine Achab
  • 1957 : La Femme modèle (Designing Woman) de Vincente Minnelli - Mike Hagen
  • 1958 : Bravados (The Bravados) de Henry King - Jim Douglass
  • 1958 : Les Grands Espaces (The Big country) de William Wyler - James McKay
  • 1959 : Un matin comme les autres (Beloved Infidel) de Henry King - F. Scott Fitzgerald
  • 1959 : La Gloire et la Peur (Pork Chop Hill) de Lewis Milestone - Lieutenant Joe Clemons
  • 1959 : Le Dernier Rivage (On the beach) de Stanley Kramer - Dwight Towers
  • 1961 : Les Canons de Navarone (The Guns of Navarone) de Jack Lee Thompson - Capitaine Keith Mallory
  • 1962 : Les Nerfs à vif (Cape Fear) de Jack Lee Thompson - Sam Bowden
  • 1962 : La Conquête de l'Ouest (How the West Was Won) de John Ford, Henry Hathaway et George Marshall - Cleve Van Valen
  • 1962 : Du Silence et des Ombres (To Kill a Mockingbird) de Robert Mulligan - Atticus Finch
  • 1963 : Le Combat du Capitaine Newman (Captain Newman, M.D.) de David Miller - Capitaine Josiah Newman
  • 1964 : Et vint le jour de la vengeance (Behold a Pale Horse) de Fred Zinnemann - Manuel Artiguez
  • 1965 : Mirage de Edward Dmytryk - David Stillwell
  • 1966 : Arabesque de Stanley Donen - David Pollock
  • 1968 : L'Homme sauvage (The Stalking Moon) de Robert Mulligan - Sam Varner
  • 1969 : L'Homme le plus dangereux du monde (The Chairman) de Jack Lee Thompson - John Hathaway
  • 1969 : L'Or de MacKenna (MacKenna's Gold) de Jack Lee Thompson - MacKenna
  • 1969 : Les Naufragés de l'espace (Marooned) de John Sturges - Charles Keith
  • 1970 : Le Pays de la violence (I Walk the line) de John Frankenheimer - Sherif Henry Tawes
  • 1971 : Quand siffle la dernière balle (Shout out) de Henry Hathaway - Clay Lomax
  • 1973 : Un colt pour une corde (Billy Two Hats) de Ted Kotcheff - Deans
  • 1976 : La Malédiction (The Omen) de Richard Donner - Robert Thorn
  • 1977 : MacArthur, le général rebelle (Mac Arthur) de Joseph Sargent - General Douglas MacArthur
  • 1978 : Ces garçons qui venaient du Brésil (The Boys from Brazil) de Franklin J. Schaffner - Dr. Josef Mengele
  • 1980 : Le Commando de sa Majesté (The Sea Wolves) de Andrew V. McLaglen - Lewis Pugh
  • 1982 : The Blue and the Gray d'Andrew McLaglen (série télévisée)
  • 1983 : La Pourpre et le Noir (The Scarlet and the Black) de Jerry London - Hugh O'Flaherty (téléfilm)
  • 1987 : La Force du silence (Amazing Grace and Chuck) de Mike Newell - le président
  • 1989 : Old Gringo de Luis Puenzo - Ambrose Bierce
  • 1991 : Larry le liquidateur (Other People's Money) de Norman Jewison - Andrew Jorgenson
  • 1991 : Les Nerfs à vif (Cape Fear) de Martin Scorsese - Lee Heller
  • 1993 : Le Portrait (The Portrait) d'Arthur Penn - Gardner Church (téléfilm)
  • 1995 : Un Voyage de Martin Scorsese à travers le cinéma americain (A Personal journey with Martin Scorsese through American movies) de Martin Scorsese - lui-même
  • 1998 : Moby Dick - Père Mapple (série télévisée)
  • 1999 : From Russia to Hollywood : The 100-Year Odissey of Chekhov and Shdanoff de Frederick Keeve - le narrateur
  • 1999 : Conversation avec Gregory Peck (A Conversation with Gregory Peck) de Barbara Kopple - lui-même

Producteur

  • 1958 : Les Grands Espaces (The Big country), de William Wyler avec Gregory Peck et Jean Simmons
  • 1972 : Les Neuf de Catonsville (The Trial of the Catonsville Nine), de Gordon Davidson avec Gwen Arner, Ed Flanders
  • 1974 : The Dove de Charles Jarrott avec Joseph Bottoms, Deborah Raffin
  • 1993 : Le Portrait (The Portrait), de Arthur Penn avec Gregory Peck et Lauren Bacall

Publié dans Acteurs et Actrices

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article