Vallat Xavier

Publié le par Roger Cousin

Xavier Joseph Vallat, né le 23 décembre 1891 à Villedieu (Vaucluse) et décédé le 6 janvier 1971 à Annonay (Ardèche), est un avocat, journaliste et homme politique français. Son nom reste attaché au projet d'antisémitisme d'État du gouvernement de Vichy. 

Vallat XavierVallat Xavier

Vallat a été élevé dans un milieu profondément catholique; il milite à l'Association catholique de la jeunesse française avant de devenir un sympathisant du « nationalisme intégral » de l'Action française. Licencié ès lettres, il enseigne au Collège catholique d'Aix-en-Provence. Vallat a également été un combattant courageux durant la Première Guerre mondiale où il fut gravement blessé, perdant une jambe et un œil. En 1919, il est élu Député de l'Ardèche et conseiller général du canton de Saint-Félicien. Battu en 1924 mais réélu en 1928, 1932 (au premier tour) et 1936, il s'illustre à la chambre comme excellent orateur, attaché à la défense de l'enseignement catholique, et à l'interdiction de la franc-maçonnerie.

Antisémite de longue date, il interpelle en ces termes le nouveau président du Conseil, Léon Blum (le 6 juin 1936) : « Pour la première fois, ce vieux pays gallo-romain sera gouverné par un Juif. ». En 1925, Xavier Vallat rejoint la Fédération nationale catholique puis, en 1928, les Croix de feu. En 1930, il est élu maire de Pailharès. D'abord associé au gouvernement de Vichy comme secrétaire général aux anciens combattants, il prend, fin mars 1941, la tête du Commissariat général aux questions juives, nouvellement créé. Il développe la politique antisémite de Vichy, prenant notamment en charge le second statut des Juifs et leur recensement (2 juin 1941) ainsi que la loi du 22 juillet 1941 qui organise l'appropriation des biens juifs par le régime de Vichy.

Partisan d'une exclusion des Juifs de toute responsabilité au sommet de l'État, il ne partage pas les préoccupations raciales des nazis : les autorités allemandes, le jugeant trop modéré, imposent en 1942 son remplacement par Louis Darquier de Pellepoix. Du 29 juin au 19 août 1944, il remplace Philippe Henriot au micro du Radio-Journal de Vichy. En 1947, Xavier Vallat est condamné à dix ans d'emprisonnement et à l'indignité nationale à vie. Il est libéré en décembre 1949 et amnistié en 1954. Après la guerre, il poursuit ses publications (il écrit notamment sur Maurras) et devient chroniqueur au journal Aspects de la France, périodique issu d'une scission de l'Action française.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article