Boschero Dominique

Publié le par Mémoires de Guerre

Dominique Boschero est une actrice française née le 27 avril 1937 à Paris. Elle est la sœur de l'acteur et producteur de cinéma Martial Boschero. 

Boschero Dominique

Jeunesse

Née en France, elle passe son enfance en Italie, à Frassino (Valle Varaita), chez ses grands-parents jusqu'à l'âge de 15 ans, date à laquelle elle retourne à Paris. En France, elle travaille d'abord comme femme de chambre dans une clinique, puis comme couturière, enfin, grâce à sa beauté, comme mannequin.

Carrière

À l'âge de 18 ans, elle fait ses débuts sur la scène du music-hall parisien La Nouvelle Eve et commence sa carrière d'actrice en faisant de petites apparitions. À la suite d'une interview pour le journal italien Epoca, des producteurs la remarquent : elle commence sa carrière d'actrice en Italie où elle tourne beaucoup de films. Elle entame une relation sentimentale avec l'acteur italien Claudio Volonté (frère de Gian Maria Volonté), touché par un scandale d'une prétendue bombe au Vatican. Cette affaire et la relation avec l'acteur maudit, qui se suicidera en prison, nuisent à la carrière de Dominique. Elle aura aussi une relation amoureuse avec le chansonnier italien Franco Califano. 

Depuis 1974, elle a quitté le cinéma. Elle vit aujourd'hui dans un petit village de la Valle Varaita, un des Pays d’Oc. Cependant, en 1989, elle réapparaît dans le soap opera italien Passioni sur la Rai Uno, la première chaîne de télévision publique italienne. Active surtout en Italie, Dominique Boschero (parfois sous le nom de Dominique Bosquero) a traversé tous les genres cinématographiques : comédie à l'italienne, western spaghetti, thriller, film d'horreur, péplum, fantasy. 

Dominique Bosquier et l'Occitanie

À la fin des années 1960, Dominique Bosquier, à Frassino dans la Val Varaita, rencontre François Fontan, fondateur du Parti nationaliste occitan, et le poète Antonio Bodrero (Barba Toni Baudrier). Depuis, elle s'intéresse à la question de l'identité ethnique et linguistique occitanes. 

Boschero Dominique

Filmographie

  • 1956 : Mitsou de Jacqueline Audry
  • 1956 : La mariée est trop belle de Pierre Gaspard-Huit
  • 1956 : Club de femmes de Ralph Habib
  • 1957 : L'amour est en jeu de Marc Allégret
  • 1957 : Le rouge est mis de Gilles Grangier
  • 1957 : Printemps à Paris de Jean-Claude Roy
  • 1957 : Sénéchal le magnifique de Jean Boyer
  • 1958 : Sous la terreur (A Tale of Two Cities) de Ralph Thomas
  • 1959 : Des femmes disparaissent d'Édouard Molinaro
  • 1960 : Le Cercle vicieux de Max Pécas
  • 1960 : Le Baron de l'écluse de Jean Delannoy
  • 1960 : Pantalaskas de Paul Paviot
  • 1960 : Les Starlettes (Le Ambiziose) d'Antonio Amendola
  • 1960 : Un Dollaro di fifa de Giorgio Simonelli
  • 1961 : I Magnifici tre de Giorgio Simonelli
  • 1961 : I Soliti rapinatori a Milano de Giulio Petroni
  • 1962 : Ulysse contre Hercule (Ulisse contro Ercole) de Mario Caiano
  • 1962 : La Flèche d'or (La Freccia d'oro) d'Antonio Margheriti
  • 1962 : Espionnage à Hong Kong (de) (Heißer Hafen Hongkong) de Jürgen Roland
  • 1962 : Canzoni a tempo di twist de Stefano Canzio
  • 1962 : Un dimanche d'été (Una domenica d'estate) de Giulio Petroni
  • 1963 : Gli Imbroglioni de Lucio Fulci
  • 1963 : Les Femmes des autres (La rimpatriata) de Damiano Damiani
  • 1963 : La Mer à boire (Mare matto) de Renato Castellani
  • 1964 : Cherchez l'idole de Michel Boisrond
  • 1964 : F.B.I. contre l'œillet chinois (en) (Das Geheimnis der chinesischen Nelke) de Rudolf Zehetgruber
  • 1964 : Deux têtes folles (Paris, When It Sizzles) de Richard Quine
  • 1964 : Frühstück mit dem Tod de Franz Antel
  • 1964 : I Marziani hanno dodici mani de Franco Castellano et Giuseppe Moccia
  • 1964 : I Maniaci de Lucio Fulci
  • 1964 : Un cœur plein et les poches vides (...e la donna creò l'uomo) de Camillo Mastrocinque
  • 1965 : L'Allumeuse (La donnaccia) de Silvio Siano
  • 1965 : Tonnerre sur Pékin (OSS 77 - Operazione fior di loto) de Bruno Paolinelli
  • 1965 : Racconti a due piazze (Italy)
  • 1965 : Les espions meurent à Beyrouth (Le Spie uccidono a Beirut) de Luciano Martino
  • 1965 : Con rispetto parlando (1965)
  • 1965 : Meurtre à l'italienne (Io uccido, tu uccidi) de Gianni Puccini
  • 1965 : Libido d'Ernesto Gastaldi et Vittorio Salerno
  • 1965 : Vivir al sol de Germán Lorente
  • 1966 : Spiaggia libera de Marino Girolami
  • 1966 : Duel dans le monde (Duello nel mondo) de Georges Combret et Luigi Scattini
  • 1966 : Le Retour des loups (Borman) de Bruno Paolinelli
  • 1966 : La mort paye en dollars (Furia a Marrakech) de Mino Loy et Luciano Martino
  • 1966 : Delitto d'amore de Juan de Orduña
  • 1966 : Mano di velluto d'Ettore Fecchi
  • 1967 : La Malédiction de Belphégor (La Mortale trappola di Belfagor) de Georges Combret et Jean Maley
  • 1967 : Le Feu de Dieu de Georges Combret
  • 1967 : Superman contre les robots - Argoman super diabolico (Come rubare la corona d'Inghilterra) de Sergio Grieco
  • 1968 : Franco, Ciccio e le vedove allegre de Marino Girolami
  • 1968 : Un colt et le diable (Anche nel west c'era una volta Dio) de Marino Girolami
  • 1968 : Un train pour Durango (Un treno per Durango) de Mario Caiano
  • 1969 : Contronatura d'Antonio Margheriti
  • 1971 : L'Iguane à la langue de feu (L'iguana dalla lingua di fuoco) de Riccardo Freda
  • 1971 : Comment épouser une Suédoise (Il vichingo venuto dal sud) de Steno
  • 1972 : Gringo, les aigles creusent ta tombe (I Corvi ti scaveranno la fossa) de Juan Bosch Palau
  • 1972 : Il Sindacalista de Luciano Salce
  • 1972 : Qui l'a vue mourir ? (Chi l'ha vista morire?) d'Aldo Lado
  • 1972 : Toutes les couleurs du vice (Tutti i colori del buio) de Sergio Martino
  • 1973 : Il Prato macchiato di rosso de Riccardo Ghione
  • 1973 : Je suis une call-girl (1973)
  • 1973 : La Signora è stata violentata (1973)
  • 1974 : Péché véniel (Peccato veniale) de Salvatore Samperi
  • 1975 : Faccia di spia de Giuseppe Ferrara
  • 1976 : Tous les chemins mènent à l'homme de Jack Guy

Théâtre

  • 1959 : La Revue de l'Alhambra de Paris de Roger Pierre et Jean-Marc Thibault, chorégraphie Don Lurio, musique Claude Stiermans, Théâtre des Célestins

Publié dans Acteurs et Actrices

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article