Catelain Jaque

Publié le par Mémoires de Guerre

Jaque Catelain, Jacques Guérin-Catelain, est un acteur et réalisateur français, né le 9 février 1897, à Saint-Germain-en-Laye, mort le 5 mars 1965, à Paris. Jaque Catelain apparait dans 22 films de Marcel L'Herbier, et dans 4 films de Jean Renoir.

Catelain Jaque
Catelain Jaque
Catelain Jaque

D'une joliesse un peu accablante, il personnifie un certain type d'adolescent fortuné, évoluant avec nonchalance dans le climat des années 20. L'Herbier le choisit comme acteur principal de sa « cantilène » : Rose France (1917). Il s'y fait remarquer et c'est le début d'une carrière sans grand éclat mais qui va fournir cependant au jeune homme l'occasion d'écrire et de tourner lui-même deux films : le Marchand de plaisir (1923), la Galerie des monstres (1924), reflets adoucis de l'avant-garde de l'époque. 

L'Herbier s'occupe de leur supervision et continue à offrir des rôles à son interprète favori dans des films promis à la notoriété : le Carnaval des vérités (1920), l'Homme du large (1920), El Dorado (1921), Don Juan et Faust (1922), l'Inhumaine (1924). Le talent de l'acteur, sa beauté le mettent en vedette dans d'autres productions comme Kœnigsmark (L. Perret, 1923) ou le Chevalier à la rose (R. Wiene, 1925). Au début du parlant, L'Herbier lui fait jouer le personnage central de l'Enfant de l'amour (1930) puis des rôles moyens dans le Bonheur (1935), la Route impériale (id.), Adrienne Lecouvreur (1938), Entente cordiale (1939). 

La guerre passée, il va le retrouver encore dans la Révoltée (1948) et les Derniers Jours de Pompéi (1950). Reconnaissant d'une aussi constante fidélité, Jaque-Catelain a consacré en 1950 un livre à celui qui fut son ami et son metteur en scène. Tenté par le théâtre, il y réussit plutôt mieux que dans des films tels la Garçonne (Jean de Limur, 1936) ou l'Escadrille de la chance (Max de Vaucorbeil, 1938). Son exil aux États-Unis entre 1940 et 1944 lui fait perdre le contact avec la scène et les studios parisiens. Aussi, hormis les films de L'Herbier, on ne l'aperçoit plus — fugitivement — que dans Éléna et les hommes (J. Renoir, 1956).

Filmographie

Acteur
Assistant réalisateur
Réalisateur
Autres activités

Publié dans Acteurs et Actrices

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article