Camp de Ravensbrück

Publié le par Roger Cousin

Ravensbrück est un village d'Allemagne situé à 80 km au nord de Berlin. De 1934 à 1945, le régime nazi y établit un camp de concentration spécialement réservé aux femmes et dans lequel vécurent aussi des enfants. 

Camp de Ravensbrück

Le camp fut construit sur les bords du lac de Schwedtsee, en face de la ville de Fürstenberg/Havel, dans une zone de dunes et de marécages du nord du Brandebourg. Succédant en 1939 au camp de Lichtenburg, il devint rapidement le centre de détention de femmes le plus important du pays : au moins 132 000 femmes et enfants y furent déportés, dont 90 000 furent exterminés. Le camp a fourni en main-d'œuvre féminine l'ensemble des industries d'armement allemandes et les mines de sel, sur place ou au sein de l'une des 70 antennes disséminées de la mer Baltique à la Bavière. Les détenues provenaient de tous les pays d'Europe occupés par l'Allemagne, le plus grand groupe national étant composé de polonaises. À partir d'avril 1941, des hommes ont été enfermés dans un camp annexe.

Les premières prisonnières, environ 900, furent transférées du camp de Lichtenburg en Saxe. À la fin de l'année 1942, la population carcérale était passée à 10 000, pour atteindre plus de 45 000 en janvier 1945. Parmi elles, des enfants arrivés avec leurs mères juives ou roms, ou nés sur place. Leur nombre augmenta considérablement entre avril et octobre 1944 ; une première vague fut composée d'enfants tziganes amenés avec leurs mères après la fermeture du camp rom d'Auschwitz, suivie par les enfants polonais du ghetto de Varsovie après l'échec de l'insurrection, puis par ceux du ghetto de Budapest suite à la fermeture de ce dernier. La plupart moururent de dénutrition.

Les détenues portaient un triangle coloré selon leur catégorie, une lettre au centre indiquant leur nationalité : rouge pour les prisonnières politiques, jaune pour les juives, vert pour les criminelles de droit commun, violet pour les Témoins de Jéhovah, noir pour les Tziganes et les prostituées, etc. Certaines avaient le crâne rasé à l'arrivée, ce qui ne fut toutefois jamais le cas des aryennes. Entre 1942 et 1943, pratiquement tous les prisonnières juives furent envoyés à Auschwitz dans le cadre de la Solution finale. Une liste, quoique incomplète, établie par l'administration du camp, énumérant 25 028 noms de femmes envoyées à Ravensbrück, fait état de :

  • 24,9 % de Polonaises,
  • 19,9 % d'Allemandes,
  • 15,1 % de Juives,
  • 15 % de Russes,
  • 7,3 % de Françaises,
  • 5,4 % de Tziganes et
  • 12,4 % d'autres origines

réparties dans les catégories suivantes :

  • 83,54 % de politiques,
  • 12,35 % d'anti-sociaux,
  • 2,02 % de criminels,
  • 1,11 % de Témoins de Jéhovah,
  • 0,78 % de « hontes de la race » et
  • 0,2 % d'autres cas

Cette liste est l'un des rares documents sauvés de la destruction qui précéda la fuite des SS devant les forces alliées par les Mury, un groupe clandestin de scouts polonaises formé au camp dans le but de fournir de la nourriture et des soins médicaux aux détenus les plus faibles. Les prisonnières de Ravensbrück étaient l'objet d'abus permanents, battues, astreintes au travail et assassinées lorsqu'elles n'en étaient plus capables, pour un acte de rébellion ou sans raison particulière. Jusqu'en 1942, les prisonnières jugées inaptes au travail étaient tuées par balle. Elles furent ensuite transférées à Auschwitz et vers d'autres centres d'extermination. Plusieurs furent exécutées à l'infirmerie du camp par injection létale.

À partir de l'été 1942, des expériences médicales furent menées sur au moins 86 détenues, dont 74 polonaises. La première série porta sur l'efficacité des sulfamidés dans le traitement des blessés de guerre, la seconde sur la régénération des os, muscles et nerfs et la possibilité de transplanter des os. Cinq en moururent, six furent exécutées souffrant de blessures non guéries et la plupart des survivantes gardèrent des séquelles à vie. Quatre d'entre elles témoignèrent lors du procès des médecins en 1946. En janvier 1945, entre 120 et 140 femmes tziganes furent stérilisées après s'être vu promettre d'être libérées si elles consentaient à l'opération.

Les corps des détenues décédées étaient brûlés au crématorium situé près de Fürstenberg jusqu'en 1943, date à laquelle les autorités SS construisirent un four crématoire à proximité du camp. À l'automne 1944 vint s'y ajouter une chambre à gaz. Plusieurs milliers de détenues y furent exécutées juste avant la libération du camp en avril 1945. Les derniers assassinats se produisirent le 25 avril, avec onze détenues employées au crématorium exécutées par empoisonnement. Quand l'Armée rouge arriva le 30 avril 1945, il ne restait que 3 500 femmes et 300 hommes non évacués. Les SS avaient entraîné les détenues capables de marcher, environ 20 000, dans une marche forcée vers le nord du Mecklembourg après en avoir confié 7 000 à des délégués de la Croix-Rouge suédoise et danoise. Ils furent interceptés après quelques heures par une unité d'éclaireurs russes.

Personnalités détenues à Ravensbrück

  • Yvonne de Komornicka, Capitaine "Kléber", chef du R.O.P et "Combat", Nuit et brouillard
  • Geneviève de Gaulle-Anthonioz
  • Odette Sansom, agent franco-britannique du Special Operations Executive
  • Violette Szabo, agent franco-britannique du Special Operations Executive
  • Cicely Lefort née Gordon, membre du SOE, d'origine anglaise, mariée à un Français et morte gazée.
  • Denise Bloch, agent française du Special Operations Executive
  • Lilian Rolfe, agent franco-britannique du Special Operations Executive
  • Brigitte Friang
  • Marie-Claude Vaillant-Couturier
  • Thérèse Ménot
  • Germaine Tillion, ethnologue et résistante du Groupe du musée de l'Homme.
  • Jane Sivadon (Combat Zone Nord)
  • Maisie et Isabelle Renault sœurs de Gilbert Renault dit "Le colonel Remy"
  • Paule Bernard née Dupont
  • Juliette Gaubry
  • Raymonde Belot
  • Margarete Buber-Neumann, communiste allemande
  • Milena Jesenská, journaliste, amie de Franz Kafka
  • Denise (« miarka ») Weil Vernay
  • Odette Renée Bonnat (« allaire »)
  • Marie-José Chombart de Lauwe, résistante du réseau "Georges France 31"
  • Suzanne Wilborts, résistante du réseau, "la Bande à Sidonie" et "Georges France 31"
  • Suzanne Hiltermann (Touty), résistante appartenant au réseau Dutch-Paris
  • Jacqueline Péry
  • Simone Souloumiac, résistante, membre du réseau Charette
  • Jeannette L'Herminier (sœur de Jean L'Herminier, officier de marine ayant quitté Toulon à bord de son sous-marin Casablanca, en 1942, alors que la flotte se sabordait)
  • Ginette Virmont, épouse Sochet (rescapée, Grand Officier de la Légion d'Honneur 2008)
  • Marie Skobtsov (8/12/1891 à Riga - 31/03/1945 à Ravensbrück)
  • Annie de Montfort (1897-1944), résistante et écrivain français
  • Lise London
  • Renée Hogge, compagne du chef de la résistance Robert Beck
  • Madeleine Martinache, avocate, résistante, rescapée, puis députée du Nord
  • Yvette Lundy, institutrice de la Marne déportée pour avoir réalisé de faux papiers, elle a inspiré le personnage de Mademoiselle Lundi dans le film Liberté de Tony Gatlif
  • Sœur Marcelle Baverez.
  • Denise Lauvergnat (Combat Zone Nord)
  • Anne-Marie Boumier (Combat Zone Nord)
  • Adzire Lindemann (Combat Zone Nord)
  • Hélène Vautrin (Combat Zone Nord)
  • Gilberte Bonneau du Martray
  • Béatrix de Toulouse-Lautrec, auteure du témoignage "J'ai eu 20 ans à Ravensbrück"
  • Ginette Kahn-Bernheim (arrêtée et déportée sous le nom de Calas), membre du réseau de résistance Brutus
  • Yvonne Abbas
  • Nadia Stiers (née Reznik en 1903 à Hâncești, Roumanie) communiste belge
  • Catherine Dior, résistante, sœur du couturier Christian Dior
  • Alice Yahiel (1893-1985) et Simone Jacques-Yahiel, membres du Réseau Simon Brandy
  • Noëlla Rouget, résistante française arrêtée le 23 juin 1943 (25/12/1919-)

Camp des hommes

  • Edmond Lailler

Commandants du camp

  • Max Koegel, officier SS Hauptsturmfuhrer, commandant du camp de son ouverture le 18 mai 1939 avec le transfert de 867 femmes depuis le camp de concentration de Lichtenburg, jusqu'en Aout 1942. Il dirigea ensuite le camp d'extermination de Majdanek à côté de Lublin puis du camp de concentration de Flossenbürg. Il mit fin à ses jours en prison, après sa capture en Bavière en Juin 19463.
  • Fritz Suhren, officier SS de la Schutzstaffel, commandant du camp d'Aout 1942 à Avril 1945. Sa politique fut d'exterminer les femmes par le travail, les mauvais traitements et le moins de nourriture possible.Il mit des prisonnières à disposition du médecin d'Himmler le Dr. Karl Gebhardt pour des expérimentations médicales, et des stérilisations de Tziganes. Après s'être échappé des américains et une longue fuite, il fut capturé en 1949, jugé par un tribunal militaire, puis pendu à côté de Baden-Baden le 12 juin 1950.

À côté du personnel masculin, environ 150 femmes SS furent assignées à la surveillance des détenues. Pendant les six ans de fonctionnement du camp, 4 000 surveillantes (Aufseherinnen) y furent formées sous la responsabilité de :

  • Oberaufseherin Johanna Langefeld (Mai 1939 – mars 1942) et son assistante Emma Zimmer (décembre 1940– octobre 1942)
  • Oberaufseherin Maria Mandl (mars – octobre 1942)
  • Johanna Langefeld, entre temps à Auschwitz (octobre 1942 – avril 1943)
  • Oberaufseherin Anna Klein-Plaubel avec Dorothea Binz comme adjointe (décembre 1943 – décembre 1944)
  • Oberaufseherin Luise Brunner, avec Dorothea Binz comme adjointe (décembre 1944 – avril 1945)
  • En 1973, Hermine Braunsteiner fut extradée par les États-Unis vers l'Allemagne pour y répondre de crimes de guerre. En 2006, Elfriede Rinkel fut expulsée à l'âge de 84 ans après avoir vécu à San Francisco depuis 1959.
  • Herta Oberheuser, médecin.

En 1959, le Mémorial national de Ravensbrück fut créé. Un musée a été aménagé dans les cellules mêmes d'internement. Il évoque avec réalisme le fonctionnement et la vie du camp. À côté, on peut voir les fours crématoires et le couloir des exécutions. Un monument commémoratif a été érigé sur la berge du lac. Certaines formes d'art se sont développées dans le camp de concentration de Ravensbrück, malgré les circonstances. Citons quelques artistes les plus représentatives de ce camp : Violette Lecoq, France Audoul, Charlotte Delbo, Berika, Félicie Mertens, Aat Breur-Hibma et Germaine Tillion avec son opérette Le Verfügbar aux enfers.

Publié dans Camps de Concentration

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lefort 14/09/2015 23:36

Parmi les personnalités incarcérées à Ravensbruck, vous avez oublié Cicely Lefort née Gordon, membre du SOE, d'origine anglaise, mariée à un Français et morte gazée à Ravensbruck.