Bourvil

Publié le par Roger Cousin

Bourvil, de son vrai nom André Robert Raimbourg, est un acteur, chanteur et humoriste français, né le 27 juillet 1917 à Prétot-Vicquemare (Seine-Maritime) et mort le 23 septembre 1970 à Paris (XVIe). André Raimbourg, alias Bourvil (ou, de 1940 à 1942, Andrel en référence à Fernandel qu'il admirait), n'a jamais connu son père, Albert Raimbourg (1889-1918), tué durant la Première Guerre mondiale.

Bourvil

Il passa son enfance avec sa mère et le nouveau mari de celle-ci, un agriculteur nommé Ménard, dans le village de Bourville. Son cousin germain, Lucien Raimbourg, étant déjà dans le métier, il prit un nom de scène afin d'éviter toute confusion et choisit « Bourvil » en référence au village de son enfance. Il épousa Jeanne Lefrique (1918-1985) le 23 janvier 1943 avec qui il eut deux fils : Dominique Raimbourg (né le 28 avril 1950), avocat pénaliste, conseiller municipal socialiste de Saint-Sébastien-sur-Loire et député de la Loire-Atlantique. Philippe Raimbourg (né le 18 mars 1953), professeur de finance à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l'ESCP Europe. Après un apprentissage de boulanger, il partit en région parisienne pour tenter une carrière musicale, qu'il commença par des radio-crochets. Jeune artiste en quête de succès, il s’installe avec son épouse, à Vincennes dans un minuscule appartement de la rue des Laitières, au septième étage, sous les toits où il restera jusqu’en 1947. Il enchaîna ensuite avec des numéros de « comique-paysan » (dérivé du comique troupier), mais c'est avec la chanson Les Crayons que sa carrière débuta vraiment en 1945.

C'est d'ailleurs avec cette chanson qu'il fit sa première apparition au cinéma, en 1945 dans La Ferme du pendu, de Jean Dréville. Le jeu comique de Bourvil a reposé principalement sur des rôles de gentil, parfois un peu bête ou naïf, comme les rôles qu’il a tenus face à l’énergique Louis de Funès : le personnage incarné par Bourvil parvient toujours, par sa gentillesse, non seulement à faire rire, mais aussi à échapper aux manipulations des personnages machiavéliques interprétés par de Funès. Bourvil a cependant tenu des rôles plus dramatiques, comme l’homme à tout faire dans L'Arbre de Noël, dans lequel il aide un petit garçon atteint d'une leucémie à assouvir sa passion pour les loups. Dans ce film comme dans les films comiques, le spectateur peut facilement s’identifier au personnage joué par Bourvil, car c’est un homme simple. Dans Le Miroir à deux faces, son jeu est méconnaissable : face à Michèle Morgan, il incarne un homme qui manipule une femme laide pour pouvoir l'épouser, puis lorsque celle-ci devient belle grâce à une opération, il devient ignoble avec elle, jusqu'à la harceler et lui retirer ses enfants. On peut enfin citer son rôle de l'odieux Thénardier dans l’adaptation cinématographique des Misérables, ou encore son avant-dernier rôle, celui d’un commissaire de police dans Le Cercle rouge. Ce grand comique arrive même à verser des larmes dans Fortunat à l'annonce de la mort d'une institutrice qu'il considérait comme sa mère.

Bourvil était un homme très cultivé. Dans les années cinquante, aimant le calme de la campagne, il choisit le petit village de Montainville, car bien relié à Paris par l'autoroute de l'Ouest. Son ami Georges Brassens, qui habitait non loin de là, à Crespières au Moulin de La Bonde, confiait qu’il était le parfait honnête homme, façon XVIIe siècle et lui suggérait des lectures. Il partageait avec Brassens une connaissance encyclopédique sur la chanson française. Il connaissait aussi Jean-Paul Sartre et on pensa à lui pour la Comédie-Française. Il reste aujourd'hui une référence pour de nombreux artistes. François Morel et Antoine de Caunes ont notamment réalisé un portrait de lui, en mars 2005, dans le cadre de l’émission télévisée sur le plus célèbre des Français à travers les siècles, classement dans lequel il arrivait en 7e position, gage d’une très grande popularité, 35 ans après sa disparition. Il parlait le français, l'anglais et un peu l'espagnol dans les films qu'il tournait.

Il est parfois désigné par le nom d'« André Bourvil » (il existe d’ailleurs un « Théâtre André Bourvil » à Paris, XIe arrondissement). C'est sous ce nom qu'il apparaît au générique et à l'affiche de l'avant-dernier film qu'il a tourné, Le Cercle rouge. Jean-Pierre Mocky a tourné quatre films avec Bourvil dont Un drôle de paroissien, La Cité de l'indicible peur, La Grande Lessive (!) et L'Étalon. Mocky a donné à Bourvil des rôles à contre-emploi. Puis en 1967, lors du tournage des Cracks, Bourvil apprend qu'il est atteint de la maladie de Kahler, aussi connue sous le nom de myélome multiple. Ses jours sont comptés alors qu'il est au faîte de la gloire. Il vivra encore trois ans, jusqu'au 23 septembre 1970, où il s'éteint à l'âge de 53 ans. Il venait de terminer le tournage du Cercle rouge avec Alain Delon et Yves Montand. Son dernier film, tourné juste après Le Cercle rouge, fut Le Mur de l'Atlantique, dans lequel il jouera en souffrant énormément pendant le tournage. Ces deux films sortirent quelques semaines après sa mort.

Bourvil repose à Montainville (Yvelines), village où il avait sa maison de campagne. La mort de Bourvil mit fin à plusieurs de ses projets cinématographiques (L'Albatros de Jean-Pierre Mocky ; une Guerre des Gaules et les tribulations de deux frenchies aux USA, avec Louis de Funès, et toujours par Gérard Oury ; les aventures d'un tonique curé de campagne du Pays de Caux imaginées par l'abbé Alexandre…) et théâtraux (Le Contrat avec de Funès, écrit par Francis Veber et mis effectivement en scène par Jean Le Poulain). Seuls La Folie des grandeurs, tirée de Ruy Blas (Yves Montand le suppléant) et L'Emmerdeur, issu du Contrat (avec Jacques Brel comme premier François Pignon) furent ensuite réalisés. Jeanne Lefrique, son épouse, née en 1918, mourut le 26 janvier 1985 dans un accident de voiture, alors qu’elle se rendait de Paris à Montainville sur la tombe de son époux.

Bourvil a reçu le prix du meilleur acteur du festival de Venise (la Coupe Volpi) pour son rôle dans le film La Traversée de Paris (d’après l’œuvre de Marcel Aymé). Comédien complet, il a choisi à maintes reprises des rôles traitant de sujets de société, notamment en coproduisant les films avec Jean-Pierre Mocky (La Cité de l'indicible Peur ou La Grande Frousse, La Grande Lessive (!)…). Il a également assuré le doublage de ses films en anglais.

Filmographie
 

  • 1942 - Croisière sidérales (André Zwobada)
  • 1945 - La ferme du pendu (Jean Dreville)
  • 1946 - Pas si bête (André Berthomieu)
  • 1948 - Blanc comme neige (André Berthomieu)
  • 1948 - Le studio en folie (Walter Kapps. c.m.)
  • 1948 - Par la fenêtre (Gilles Grangier)
  • 1949 - Le coeur sur la main (André Berthomieu)
  • 1950 - Miquette et sa mère (Henri-Georges Clouzot)
  • 1950 - Le roi pandore (André Berthomieu)
  • 1950 - Le rosier de madame husson (Jean Boyer)
  • 1951 - Le passe muraille (Jean Boyer)
  • 1951 - Seul dans paris (Hervé Bromberger)
  • 1952 - Le trou normand (Jean Boyer)
  • 1952 - Cents francs par seconde (Jean Boyer)
  • 1953 - Les trois mousquetaires (André Hunebelle)
  • 1954 - Si versailles m'était conté (Sacha Guitry)
  • 1954 - Cadet rousselle (André Hunebelle)
  • 1954 - Poisson d'avril (Gilles Grangier)
  • 1955 - Le fil à la pattte (Guy Lepranc)
  • 1955 - Les hussards (Alex Joffé)
  • 1956 - La traversée de Paris (Claude Autant-Lara)
  • 1956 - Le chanteur de Mexico (Richard Pottier)
  • 1958 - Serenade au Texas (Richard Pottier)
  • 1958 - Les misérables (Jean-Paul Le Chanois)
  • 1958 - Un drole de dimanche (Marc Allégret)
  • 1958 - Le miroir à deux faces (André Cayatte)
  • 1959 - Le chemin des écoliers (Michel Boisrond)
  • 1959 - La jument verte (Claude Autant-Lara)
  • 1960 - Le bossu (André Hunebelle)
  • 1960 - Fortunat (Alex Joffé)
  • 1960 - Le capitan (André Hunebelle)
  • 1961 - Tout l'or du monde (René Clair)
  • 1961 - Le tracassin (Alex Joffé)
  • 1962 - Les culottes rouges (Alex Joffé)
  • 1962 - Le jour le plus long (Bernard Vicki, Andrew Marton, Ken Annakin)
  • 1963 - Les bonnes causes (Christian Jaque)
  • 1963 - Un drole de paroissien (Jean-Pierre Mocky)
  • 1963 - Le magot de Josefa (Claude Autant-Lara)
  • 1963 - La cuisine au beurre (Gilles Grangier)
  • 1964 - La grande frousse (Jean-Pierre Mocky)
  • 1965 - Le corniaud (Gérard Oury)
  • 1965 - Guerre secrete (Christian Jaque)
  • 1965 - La grosse caisse (Alex Joffé)
  • 1965 - Les grandes gueules (Robert Enrico)
  • 1966 - La grande vadrouille (Gérard Oury)
  • 1966 - Trois enfants dans le désordre (Léo Joannon)
  • 1967 - Les arnaud (Léo Joannon)
  • 1969 - Le cerveau (Gérard Oury)
  • 1969 - L'arbre de noël (Terence Young)
  • 1970 - Gonfés à bloc (Ken Annakin)
  • 1970 - L'étalon (Jean-Pierre Mocky)
  • 1970 - Le mur de l'atlantique (Marcel Camus)
  • 1970 - Le cercle rouge (Jean-Pierre Melville)

Publié dans Acteurs et Actrices

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article